Revue de presse Asie - 17 mars 2016

Nouvelles sanctions contre Pyongyang, "liens secrets" israélo-indonésiens et droits des femmes au Pakistan

un équipage 100% féminin de la compagnie Royal Air Brunei a relié Bandar Seri Begawan à Riyad.
Pour la première fois, un équipage 100% féminin de la compagnie Royal Air Brunei a relié Bandar Seri Begawan à Riyad. Copie d'écran du Straits Times, le 17 mars 2016.

Asie du Nord-Est

The Korea Herald – Tarir les sources de financement du « royaume ermite ». C’est l’ambition de Barack Obama qui a annoncé hier mercredi 16 mars de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord. Parmi elles, l’inscription sur liste noire américaine de toute personne « contribuant à l’exportation de minerai et de main-d’oeuvre par Pyongyang ». Environ 50 000 Nord-Coréens travailleraient hors de leur pays, dans des conditions décrites comme inhumaines par le Korea Herald tandis que leurs employeurs versent de l’argent aux autorités de Pyongyang : jusqu’à 20 heures par jour dans des conditions d’hygiène et de sécurité précaires, pour un salaire mensuel oscillant entre 120 et 150 dollars. Un zèle américain que Pékin a reçu froidement. La Chine a ainsi déclaré ce jeudi 17 mars qu’elle s’opposait aux sanctions unilatérales, craignant que cela n’exacerbe les tensions dans la péninsule coréenne, rapporte Channel News Asia. Des ressortissants chinois pourraient bien être les victimes de ces nouvelles mesures adoptées par Washington.
South China Morning Post – « 9+2 » : c’est le nom donné par le gouvernement chinois au projet d’un « delta élargi de la rivière des Perles ». Il désigne 9 provinces et 2 régions administratives spéciales : le Fujian, le Jiangxi, le Hunan, le Guangdong, le Guangxi, Hainan, le Sichuan, le Guizhou et le Yunnan, d’une part, Hong Kong et Macao, d’autre part. Une gigantesque zone de coopération économique regroupant un tiers de la population et du PIB chinois – bien plus que le delta entendu au sens géographique, qui relie Hong Kong, Macao et Canton (Guangdong). Objectif du gouvernement chinois : « stimuler l’intégration en matière économique, sociale, technologique et d’infrastructures », via par exemple la mise en place d’un marché commun, l’échange de données financières et l’harmonisation des réglementations locales. Une sorte de prolongement intérieur de la « nouvelle route de la soie » qui permet non seulement « d’assurer la prospérité » des provinces intérieures chinoises, mais aussi de mieux ancrer les deux régions administratives spéciales au continent.
Global Times – C’est avec l’aval des Nations Unies que la Chine a entrepris la construction d’un centre d’alerte tsunami en mer de Chine du Sud, a annoncé hier mercredi Wang Hong, directeur de l’Administration nationale des Affaires océaniques. La localisation du centre n’a pas été dévoilée, mais il aurait déjà envoyé des alertes à des pays riverains de la mer de Chine méridionale, rapporte le quotidien d’Etat Global Times. Par cette annonce qui met l’accent sur la « coopération », Pékin tente de redorer son blason dans la région où sa politique d’expansion territoriale et d’affirmation de souveraineté suscitent la colère de nombreux Etats asiatiques et de Washington.
Asahi Shimbun – Disparu en juin dernier, le journaliste nippon Jumpei Yasuda a été capturé par le front Al-Nosra après son entrée sur le territoire syrien. Ce jeudi 17 mars au matin, son visage est apparu pour la première fois dans une vidéo diffusée sur Internet. Il réclame l’aide de son pays afin d’être libéré. Il n’a pas été question de rançon selon Yoshihide Suga, Secrétaire général du cabinet du Premier ministre. L’exécution de deux ressortissants japonais l’année dernière avait remis en cause la capacité des autorités de Tokyo à venir en aide à ses resortissants. Yoshihide Suga affirme que le gouvernement japonais « réagit de toutes ses forces », rapporte le quotidien Sankei Shimbun.

Asie du Sud-Est

The Times of Israel – Pourquoi la cérémonie d’ouverture du consulat honoraire indonésien à Ramallah s’est-elle déroulée à distance, depuis la Jordanie ? Car, ayant refusé de rencontrer des officiels de l’Etat hébreu, la ministre indonésienne des Affaires étrangères a été interdite d’entrer en Cisjordanie. Par-là même, la vice-ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Hotovely a révélé que Tel Aviv et Jakarta entretenaient des « liens secrets » afin de pallier leur absence de relations diplomatiques. Le chef de la division Asie du ministère israélien des Affaires étrangères s’était d’ailleurs rendu dans l’archipel la semaine dernière afin de trouver un accord autour de la visite de Retno Marsudi, chef de la diplomatie indonésienne – qui a donc refusé d’être la première membre du gouvernement de Jakarta à se rendre en Israël. Le quotidien Times of Israel note néanmoins un changement dans le protocole diplomatique de Tel Aviv : c’est la première fois que l’Etat hébreu conditionne la visite d’un officiel étranger en Palestine à une rencontre avec son homologue israélien.
Myanmar Times – « Small is beautiful ». C’est le mot d’ordre du porte-parole de la Ligue nationale pour la Démocratie – majoritaire au parlement depuis les élections de novembre dernier en Birmanie – pour justifier son projet d’une équipe gouvernementale resserrée. Soit 21 ministères au lieu de 36. Objectif : réduire les coûts sans toucher aux effectifs de la fonction publique. Le Myanmar Times a annoncé que le président nouvellement élu par les parlementaires, Htin Kyaw, ne nommerait pas ses nouveaux ministres aujourd’hui. Il refuse également de se prononcer sur les informations divulguées dans les médias nationaux sur les potentielles fusions de ministères et leurs nouveaux noms.
The Straits Times – Après les sites d’informations indépendants, c’est au tour des blogueurs d’être ciblés par les autorités de Kuala Lumpur. Ils devront peut-être s’enregistrer auprès du gouvernement pour obtenir une accréditation leur permettant de diffuser des informations, a annoncé hier le vice-ministre malaisien de l’Intérieur. Officiellement, Kuala Lumpur souhaite « contrôler la dissémination d’informations diffamatoires et non vérifiées ». Mais les techniques adoptées remettent en cause la liberté d’expression dans le pays, en atteste la fermeture du site d’information indépendant The Malaysian Insider cette semaine (voir notre interview de Charis Quay, membre du comité de pilotage de Global Bersih, qui soutient la coalition de la société civile en Malaisie).
The Straits Times – L’information remonte au mois dernier mais vient de faire surface dans la presse. Le 23 février, à l’occasion du 32e anniversaire du sultanat de Brunei, un Boeing de la companie nationale Royal Brunei Airlines a relié la capitale Bandar Seri Begawan à Riyad avec un équipage 100% féminin. Une première dans l’histoire de la compagnie, mais aussi un symbole fort puisque l’Arabie Saoudite reste « le dernier pays du monde où les femmes ont interdiction de conduire », rappelle le Straits Times.

Asie du Sud

The Indian Express – Le déposant est prévenu : si sa demande est rejetée, il devra en payer le prix. Le Juge Pratibha Rani, qui avait accordé la libération sous caution du leader politique estudiantin Kanhaiya Kumar, a défendu sa décision devant la cour de manière forte. Prashant Kumar Umrao a déposé ce mercredi une pétition pour demander l’annulation de la libération de Kanhaiya Kumar, que doit examiner Pratibha Rani la semaine prochaine. Ce n’est pas la première demande de cette nature qui a été déposée depuis la libération de l’étudiant, et NTDV rapporte que les plaignants affirment que les discours qu’il a pu prononcer depuis « prouvent sa mauvaise foi ».
BBC – Plus de 30 groupes religieux menacent de se mobiliser si une loi de protection des femmes n’est pas retirée d’ici le 27 mars. Le Pakistan est classé 147e sur 188 dans l’indicateur d’inégalité de genres des Nations Unies, et s’efforce de changer cet état de fait. Cette fois, la proposition de loi de 2015 permettrait à la police d’intervenir à l’intérieur du foyer, interdirait au mari de chasser sa femme, et envisage de placer un capteur GPS si le mari montre un comportement violent. Les lobbies religieux ne voient pas d’un bon oeil ce renversement de rapport de force entre hommes et femmes. Les groupes religieux sont soutenus par les militaires, et le gouvernement est menacé de renversement. Le gouverneur du Penjab, district le plus touché par la violence contre les femmes, a déjà signé la loi, mais le gouvernement de la province dispose encore de moyens pour le contrer.
Kathmandu Post Le Conseil des ministres de la SAARC (Association sud-asiatique pour la Coopération Régionale) se tient a Pokhara au Népal ce jeudi 17 mars. Les observateurs sont inquiets pour l’aboutissement des négociations compte tenu d’un échec de la réunion du Comité Permanent hier mercredi 16 mars. En effet, les sujets de discussion sont nombreux et ambitieux, et il est attendu que certains soient abordés de nouveau : création d’une Union Economique sud-asiatique (sur le modèle de l’Union Européenne), mise en réseau, financement de « méga-infrastructures » par le Fonds de Développement de la SAARC… The Indian Express explique que les pays de la SAARC sont otages des tensions diplomatiques entre l’Inde et le Pakistan, et qu’il faudrait que les discours évoluent.
Par Alexandre Gandil et Ryôma Takeuchi, avec Anda Djoehana Wiradikarta à Paris