Revue de presse Asie - 9 février 2016

Nuit de violences à Hong Kong, torture routinière en Thaïlande et neutralité du net en Inde

La police hongkongaise
La police hongkongaise accuse les localistes d'avoir causé une "émeute" dans le quartier de Mong Kok. Copie d'écran du South China Morning Post, le 9 février 2016.

Asie du Nord-Est

Hong Kong : nuit de violences à Mong Kok, les « localistes »dans le viseur de la police

South China Morning Post – Les nuits hongkongaises n’avaient pas été si agitées depuis le mouvement Occupy Central à l’automne 2014. Hier soir, le démantèlement de commerces de rue illégaux a entraîné des « émeutes », selon l’expression des autorités, dans le quartier de Mong Kok. Une centaine de manifestants dont des « localistes » (pour en savoir plus cette mouvance « anti-Chine continentale », lire notre reportage sur le sujet) ont jeté des projectiles de fortune aux policiers, qui ont répliqué au gaz poivré et tiré deux coups de feu en l’air. 48 officiers de police et 4 journalistes ont été blessés dans les affrontements, tandis que des incendies ont été déclenchés autour les rues Shantung et Soy. 23 personnes ont été arrêtées dont un candidat au Conseil législatif, porte-parole des « Indigènes de Hong Kong », Edward Leung Tin-kei. Suite aux événements, le South China Morning post a ouvert un dossier spécial qui regroupe des analyses, reportages photo et témoignages.

La Corée du Sud et le Japon travaillent avec les Etats-Unis sur les sanctions nord-coréennes

Channel News Asia – La réponse s’organise. Suite au tir d’une fusée nord-coréenne ce dimanche 7 février, la présidente sud-coréenne Park Geun-hye s’est entretenue aujourd’hui avec son homologue américain Barack Obama et le Premier ministre nippon Shinzo Abe. L’objectif : mettre au point des sanctions « fortes et efficaces » contre le régime de Pyongyang, dans le cadre onusien ou non. Car la Chine, qui dispose d’un droit de veto au Conseil de Sécurité, refuse l’imposition de sanctions trop importantes qui pourraient étouffer la Corée du Nord – et causer son effondrement. D’après Reuters, relayé par Channel News Asia, Washington souhaiterait notamment renforcer les restrictions imposées au système bancaire nord-coréen.

Taïwan : le promoteur de l’immeuble effondré à Tainan arrêté par la police

The Straits Times – Alors que l’espoir de retrouver des survivants du tremblement de terre s’amenuise, les autorités taïwanaises ont déclaré avoir arrêté Lin Ming-hui – le promoteur de l’immeuble « Weiguan Golden Dragon », à Tainan. Son effondrement est responsable de la quasi-totalité des décès (37 sur 39) liés au séisme qui a frappé le sud de Taïwan samedi 6 février, vers 4 heures du matin (heure locale). C’est en effet le seul bâtiment de grande hauteur à s’être écroulé à Tainan – ville de plus de 2 millions d’habitants. Encore 100 personnes seraient à ce jour portées disparues sous les décombres.

Asie du Sud-Est

Indonésie : les syndicats ne veulent pas de travailleurs chinois non-qualifiés

The Jakarta Post – La Confédération des syndicats des travailleurs indonésiens (KSPI) a dit « non ». Elle s’indigne du traitement réservé aux investisseurs chinois qui, contrairement aux autres investisseurs en Indonésie, n’ont pas été empêchés d’importer leur main-d’oeuvre nationale ; soit des travailleurs chinois non qualifiés. La KSPI y voit une menace pour les travailleurs indonésiens qui sont parmi les moins bien payés en Asie du Sud-Est : 170 dollars par mois contre 187 dollars pour les Vietnamiens et 390 dollars pour les Thaïlandais, note le Jakarta Post.

Thaïlande : l’armée accusée de « torture routinière » dans le Sud

South China Morning Post – Passages à tabac, menaces au pistolet, privation sensorielle, suffocation… Voilà quelques-unes des techniques auxquelles s’adonneraient l’armée thaïlandaise dans ses provinces du Sud, où est appliquée la loi martiale. La région, annexée par Bangkok il y a un siècle, est secouée par des conflits autonomistes qui ont fait 6 500 morts en douze ans. Les ONG tirent la sonnette d’alarme : l’absence de mécanisme de surveillance depuis l’arrivée au pouvoir de la junte (mai 2014) a rendu les actes de torture « routiniers ». Le porte-parole de l’armée nie en bloc les accusations, qui seront publiées dans un rapport demain et qu’il qualifie « d’imaginaires » : « C’est leur perte de liberté qu’ils appellent torture… Mais nous devons appliquer la loi. »

Malaisie : l’enquête sur le scandale 1MDB bientôt bouclée ?

The Straits Times – Le président du Comité malaisien des Comptes publics estime que l’enquête sur le fonds d’investissement étatique 1MDB, soupçonné de corruption qui éclabousse le Premier ministre Najib Razak, pourrait bientôt toucher à sa fin, les derniers procès devant se tenir les 11 et 12 février prochains. A leur issue, les informations recueillies devraient être suffisantes pour dresser une conclusion « objective, transparente et juste ». L’auditeur général devrait rendre son rapport à la fin du mois.

Asie du Sud

Neutralité du net en Inde : Zuckerberg se dit déçu mais pas vaincu

Scroll.in – Coup d’arrêt porté aux ambitions indiennes de Mark Zuckerberg. L’Autorité indienne de Régulation des Telecoms (TRAI) a interdit les services « Free Basics » et « Internet.org » développés par le fondateur de Facebook. Leur objectif : fournir un accès gratuit à Internet dans les zones les moins connectées de la planète. Mais cet accès est limité à des sites et à des applications sélectionnés par Facebook… Ce qui, pour la TRAI, contrevient au principe de « neutralité du net » : l’accès à Internet doit être complet et ne peut pas être plus ou moins étendu selon les tarifs. Dans un article du quotidien The Hindu, Mark Zuckerberg fait part de sa déception mais ne s’avoue pas vaincu : « Nous sommes déterminés à abattre les barrières de la connexion Internet en Inde et autour du monde ». Aujourd’hui, plus de 19 millions d’individus dans 38 pays différents ont obtenu accès au web grâce aux services qu’il a développés.

Inde : 6 jours après l’avalanche, un soldat vivant retrouvé sur le glacier du Siachen

India Today – Un « miracle ». Six jours après l’avalanche qui a emporté 10 soldats indiens dans le glacier du Siachen, l’un d’entre eux a été retrouvé vivant, dans un état critique, enfoui sous près de 8 mètres de neige. L’armée à cependant indiqué qu’il n’y avait plus d’espoir pour les 9 autres. Les corps de 5 d’entre eux ont été retrouvés ; les 4 autres sont localisés et en train d’être extirpés.

Népal : décès de l’ancien Premier ministre Sushil Koirala

The Economic Times – Il avait démissionné en octobre 2015. L’ancien Premier ministre népalais, Sushil Koirala, est décédé ce mardi 9 février. Une disparition qui soulève d’importants enjeux, d’après The Economic Times. Issu de l’une des plus importantes dynasties politiques du Népal, qui a donné au pays 4 Premiers ministres et dominé le Parti du Congrès pendant 6 décennies, qui va prendre sa relève ? Sushil Koirala ne s’est jamais marié et n’a pas donné d' »héritier »… Première réponse le mois prochain, avec l’élection du Président du Parti du Congrès.
Par Alexandre Gandil, avec Clea Chakraverty à Paris