Revue de Presse Matières Premières – 18 novembre 2015

Hausse des prix du pétrole en Asie, pénurie de fioul au Népal et acier chinois menacé

Alors que la Chine connaît une baisse record des prix de l’acier, des usines menacent de fermer. Copie d’écran du Nikkei Asian Review, 17 novembre 2015.

ENERGIE

Le pétrole prolonge ses gains en Asie

IOL avec AFP – Les prix du pétrole ont grimpé ce lundi 16 novembre après l’annonce des bombardements effectués par la coalition internationale en Syrie, suite aux attentats de Paris vendredi dernier. Mais selon les analystes, l’impact des tensions géopolitiques sur le marché du pétrole restent limité. Ce mardi, les prix ont prolongé leurs gains en Asie. La reprise reste néanmoins plafonnée alors que les investisseurs attendent les chiffres sur les stock de brut aux États-Unis, qui devraient souligner la demande globale excédentaire.

L’avenir énergétique de l’Inde passera par l’énergie solaire

Indo Asian Commodities – L’énergie solaire pourrait connaître en Inde un essor considérable et s’affirmer d’ici à 2025 comme une source énergétique significative pour le pays, jouant ainsi un rôle majeur dans les efforts de New Delhi pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. C’est ce qu’affirme une récente étude du cabinet d’audit KPMG, qui prévoit en Inde un taux de pénétration de l’énergie solaire de 5,7% d’ici 2020 et de 12,5% d’ici 2025. Dans certains Etats indiens qui promeuvent activement l’énergie solaire de même que l’éolienne, les générateurs conventionnels au charbon pourraient voir leur facteur de charge moyen chuter d’au moins 10 à 15% d’ici 2020. Selon un expert de KPMG cité dans l’article, l’enjeu n’est pas d’opposer le solaire au charbon, l’Inde devant exploiter toutes ses ressources naturelles dans un souci de sécurité énergétique à un prix acceptable.

Faute de fioul, le Népal retourne au bois de chauffage

Straits Times – Des centaines de Népalais faisaient la queue lundi à Katmandou, pour acheter du bois de chauffage, après que le gouvernement eut annoncé la mise en vente de plusieurs tonnes de bois, dans le but de pallier une sévère pénurie de fioul domestique. Une action mise en place après l’appel du Premier ministre népalais KP Sharma Oli qui a demandé à l’Inde de cesser son « blocus non déclaré ». En cause, la nouvelle Constitution récemment adoptée par le Népal. L’ethnie népalaise Madhesi, qui est d’origine indienne, s’estime dénigrée par le nouveau texte contre lequel elle manifeste régulièrement, parfois avec violence. Les postes-frontières avec l’Inde ont été fermés et les camions qui livrent le fioul des Népalais ne passent plus. Le Népal, de par sa situation enclavée, a toujours compté sur l’Inde pour son approvisionnement en combustible.

METAUX

Acier en Chine : baisse record des prix, usines menacées de fermer

Nikkei Asian Review avec Reuters – Les prix de l’acier chinois ont atteint ce mardi un niveau record à la baisse, alors que se perpétuent les inquiétudes liées à la réduction de la demande du plus gros consommateur mondial. Une baisse de la demande qui aurait obligé l’un des plus gros producteurs d’acier chinois à cesser la production. La fermeture de
Tangshan Songting Iron & Steel qui affiche une capacité annuelle de 5 millions de tonnes, pourrait être l’une des plus importantes de ce secteur en déclin depuis plusieurs années, estiment les experts cités par le journal, qui prévoient des fermetures supplémentaires d’usines d’acier en Chine.

Ruée vers l’or à Singapour

Channel News Asia – International Enterprise (IE) Singapore, l’agence officielle singapourienne du commerce extérieur, s’emploie à faire de la cité-État une plate-forme du commerce des métaux précieux. Son objectif est donc d’attirer dans l’île les acteurs clés de ce secteur, à l’image du Suisse Metalor qui a implanté sur place une raffinerie de métaux précieux il y a trois ans. Le négociant en matières premières Trafigura a de son côté déménagé son siège depuis la Suisse jusqu’à Singapour, qui abrite désormais également la division métaux précieux de Mitsubishi Corp.

En Inde, la fête des lumières ne fait pas briller l’or

The Economic Times – En Inde, les opérations de négoce du «Diwali Muhurat» (en référence à Divali, la très populaire fête indienne des lumières) sur le marché du lingot d’or, ont vu le métal précieux chuter à son niveau le plus bas depuis plusieurs mois. L’argent s’est également trouvé sous la pression de négociants spéculateurs et du faible écoulement des industries consommatrices du métal.

AGRICULTURE

Le rôle discutable et discuté des gouvernements asiatiques sur le marché du riz

The Economist – En s’ingérant sur le marché du riz, les gouvernements asiatiques ne contribuent qu’à aggraver la pauvreté, juge The Economist. Comme beaucoup d’autres pays asiatiques, l’Indonésie souhaiterait atteindre l’autosuffisance en matière de riz. Mais son gouvernement, ainsi que ceux d’autres pays de la région, manipulent les prix du riz à travers de multiples subventions et autres mécanismes d’aide envers la production domestique. Des interventions qui procèdent d’une bonne intention mais qui font grimper les prix pour le consommateur et touchent de plein fouet les populations les plus pauvres.
Non seulement les gouvernements asiatiques déterminent eux-même les volumes d’achat du riz, mais en plus, ils l’achètent directement, explique le journal, qui détaille sous forme de tableau, pays par pays, les différentes mesures étatiques affectant les prix du riz.

Inde : l’usage de faux pesticides compromet les exportations

Indo Asian Commodities – L’utilisation exponentielle en Inde de faux pesticides ne met pas seulement en danger la fertilité des sols et les cultures. Elle pourrait surtout compromettre dans un avenir proche la place de leader occupée par New Delhi en tant que grand exportateur de céréales vivrières, de fruits et de légumes. Selon une étude de la FICCI (Fédération indienne des chambres de commerce et d’industrie) près de 30% des pesticides utilisés dans l’agriculture indienne sont issus de la contrefaçon, et leur emploi s’accélère dangereusement.

Bénéfices en recul pour trois grands négociants asiatiques de matières premières agricoles

CNBC – Trois grands négociants asiatiques de matières premières ont été frappés au troisième trimestre par un recul des prix des matières premières, affectant les bénéfices et les revenus. Noble Group, Olam International et Wilmar International – qui réunis ensemble forment le groupe NOW – pointent du doigt pour cette année trois conjonctures défavorable : la volatilité des prix des matières premières, les fluctuations monétaires et le recul des investissements. Jeudi dernier, Noble a annoncé pour le troisième trimestre un plongeon de 84% par rapport à l’an passé de ses bénéfices qui atteignent 24,7 millions de dollars. Le groupe NOW, qui tente d’occuper une place plus importante sur la scène mondiale du négoce des matières premières agricoles, est considéré comme un rival prometteur des grands négociants occidentaux.
Par Nicolas Sanders