Economie
Expert – Déchiffrer le marché du travail en Chine

 

Comment trouver un emploi en Chine ?

Des employés chinois de Taobao, filiale online du groupe Alibaba dans leur bureau en novembre 2015. (Crédit : Stringer / Imaginechina / AFP).
Pour beaucoup la recherche d’emploi en Chine s’arrête avec la difficulté de répondre à cette question.
En Chine, il n’y a pas de pôle emploi. Les sites de recherche étrangers tels Monster restent sommaires, peu actualisés et visent souvent les cadres des grosses entreprises américaines. Les offres sur les sites spécialisés chinois sont en … chinois ; et comme partout, beaucoup d’offres ne sont tout simplement pas rendues publique.
En Chine, encore plus qu’ailleurs tout dépend du réseau.
Pourtant le marché de l’emploi pour étrangers reste vibrant et de nombreuses opportunités existent. Le tout est de donc se faire connaître et d’être au courant des offres de placement. Alors comment faire ?
Cela commence par un peu de travail de recherche et de réflexion… Comme ailleurs il s’agit de bien comprendre ce que vous cherchez, quels sont les secteurs qui recrutent et qui est susceptible de vous embaucher. Vous devez connaître la demande qui en Chine évolue très vite.
Car plus vous passez du temps en amont pour cibler votre recherche, plus ce sera facile : Quels genres d’entreprises visez vous ? PME, grosses corporations, start-up ? Quels sont les secteurs en croissance en ce moment?
Une lecture rapide des newsletters des chambres de commerces peut vous donner une indication sur les grandes tendances. Idem pour les pages business ou économiques des journaux. S’y glissent de nombreuses indications sur les entreprises qui réussissent et celles qui se développent en Chine.
Regardez aussi la signature d’accords commerciaux. Ils se traduisent souvent par la création de postes et l’implantation d’entreprises étrangères en Chine. Rien ne vous empêche d’envoyer une candidature spontanée à une entreprise qui embauche.
Contactez les chasseurs de tête traditionnels tels Micheal Page et n’oubliez pas les cabinets plus niche tels Dragonfly Group ou Foreign HR. Ils sauront vous aiguiller plus précisément pour vos recherches, si ce n’est vous placer directement.
Mais avant même de rencontrer des professionnels vous devez être capable de répondre à ces questions : Quelle est ma valeur ajoutée en tant qu’étranger ? Pourquoi m’embaucher moi plutôt qu’un Chinois qui maitrise parfaitement la langue, la culture et apporte un carnet d’adresse ? En quoi mon expertise est-elle unique ?
En bref, il faut être convaincu que de travailler en Chine à un sens pour vous et puis le faire savoir par tous les moyens possibles : diners, amis, amis d’amis, réseaux sociaux. N’hésitez pas à envoyer un mail rapide à tous vos contacts car le marché de l’emploi est bien plus flexible qu’en Europe et les postes se libèrent et se remplissent très vite. En plus culture chinoise oblige, le réseau est indispensable.
Ainsi, votre plus grande chance de trouver un emploi est le bouche-à -oreille.
Pour ceci il existe quelques étapes indispensables dont une page LinkedIn impeccable. Même si elle est en anglais les Chinois sont friands de réseaux sociaux. Et désormais LinkedIn n’est plus censuré en Chine… Tout recruteur potentiel ira donc regarder votre profil. LinkedIn utilisé intelligemment est une mine d’or. N’hésitez pas à vous faire voir, poster des articles ou exprimer votre point de vue.
Encore mieux : faites vous un profil en chinois sur Tianji, la filiale chinoise de Viadeo et qui a plus de 25 millions de membres en Chine. Même si votre niveau de langue n’est pas assez bon professionnellement cela décuplera votre visibilité. Les entreprises chinoises cherchent de plus en plus à recruter des étrangers notamment dans les domaines de la vente et du marketing. Pensez aussi à Wechat, et inscrivez-vous à des groupes professionnels. L’outil donne une visibilité exponentielle.
Aussi vous devrez inexorablement passer par la case networking. Les rencontres entre professionnels ne manquent pas dans les grandes villes chinoises. Allez à la rencontre de personnes qui ont le même profil ou qui sont susceptibles de travailler avec vous. Les chambres de commerce organisent toutes des « networking events ». Elles sont organisées par « chapitres » professionnels. Vous devez vous faire connaître par vos paires.
Il existe aussi des salons professionnels (énergie, alimentation, tourisme…) tout au long de l’année. L’exercice est toujours fastidieux mais en vaut la peine. La technique chinoise consiste à prendre le plus de cartes de visite possible puis de faire le tri après… Sans tomber dans l’excès n’hésitez pas à échanger vos contacts. C’est une première entrée en matière, qui peut permettre de proposer un déjeuner plus intime.
Pour autant, il n’y a pas de recette magique, en Chine comme en Europe ou aux Etats-Unis la recherche de travail demande du temps et de l’organisation.
A propos de l'auteur
Virginie Mangin
Basée à Pékin depuis plus de 10 ans, Virginie Mangin est coach. Elle travaille surtout avec des cadres cherchant soit à se requalifier soit à évoluer dans un environnement international. Elle travaille en anglais et en français.