Revue de presse Asie - 3 novembre 2015

Perspectives d’accord climatique en Chine, crime de lèse-majesté en Thaïlande et émeute meurtrière au Népal

Le couvre-feu imposé à Birganj au Népal après une victime abattue par la police. Copie d’écran Nepali Times, le 3 novembre 2015. 3 novembre 2015.

Asie du Nord-Est

Hollande en Chine : accord climat « contraignant » et coopération nucléaire

Global Times – Comme le reste de la presse locale, le quotidien anglophone officiel Global Times s’intéresse en Une à la déclaration conjointe entre Xi Jinping et le François Hollande sur le changement climatique en vue de la COP21 à Paris, en décembre prochain. Le quotidien revient rapidement sur le contenu de ce qui est présenté comme un « accord contraignant », sur le principe duquel la Chine et la France se sont entendus : il prévoit une révision obligatoire des objectifs de réduction d’émissions de gaz à effets de serre tous les 5 ans. Le Global Times insiste également sur l’importance pour la France et l’UE de revenir au centre des débats sur le réchauffement climatique, alors que la zone est plongée dans une crise migratoire sans précédent liée au conflit en Syrie. La visite du président français, rappelle le quotidien, avait aussi des visées en terme de coopération économique, avec la possible entrée au capital d’Areva du groupe étatique CNNC (China National Nuclear Corporation).
Le Financial Times note que la Chine fait preuve, avec cet engagement de principe, de meilleure volonté que lors de la conférence de Copenhague de 2009. Et que le pays se sent de plus en plus concerné par les enjeux climatiques. Néanmoins, le quotidien britannique tempère son engouement en soulignant que les modalités de la révision quinquennale n’ont pas encore été déterminées : qui la conduira, et comment sera-t-elle mise en place ? Reprenant les propos du directeur de Greenpeace France, il conclut que cette déclaration doit être vue comme une première étape et que l’heure n’est pas encore à « sabrer le champagne ». C’est maintenant à la COP21 de jouer son rôle.
La visite de François Hollande en Chine est la dernière de toute une série de déplacements sur la question du climat, note Le Monde. Et c’est la plus importante : avec cette déclaration conjointe, la France espère que la Chine pèsera non seulement sur les autres gros pollueurs de la planète (Etats-Unis et Inde), mais aussi sur l’ensemble des pays en développement, via sa participation au groupe des 77 (G77) et sa gestion de la Banque asiatique d’Investissement pour les Infrastructures, lancée par Pékin cette année. Et François Hollande de résumer : « L’appui des Chinois est essentiel » pour « parvenir à un accord global et ambitieux ».

Couac sur la fin de la politique de l’enfant unique en Chine

Global Times – Après l’annonce récente de la fin de la politique de l’enfant unique, il s’agit désormais de passer à la mise en pratique de cette petite révolution dans l’Empire du Milieu. Suite à l’annonce de la suppression « dès aujourd’hui » des punitions liées à une seconde naissance par les autorités locales de la province du Hunan, la Commission Nationale de la Santé et du Planning Familial (NHFPC) rappelle que les anciennes dispositions doivent toujours être appliquées « avec fermeté » par les autorités locales dans tout le pays jusqu’à la ratification de la nouvelle politique. Le “planning familial” chinois ne voit pas d’un bon oeil cette réforme, qui va le priver de revenus considérables issus des amendes imposées aux familles (voir notre chronique).

Japon : Asahi Kasei Construction en plein scandale de falsification de données

The Japan Times – Le spécialiste du BTP Asahi Kasei est en pleine tourmente après avoir été forcé de reconnaître que des données compilées fournies sur certains de ses projets avaient été falsifiées. Sans être exhaustif, le Japan Times mentionne un projet d’infrastructure sociale ou encore 2 écoles publiques à Tokyo pour lesquels les données auraient été truquées. Afin de respecter des deadlines strictes et d’obtenir les permis, un employé d’Asahi Kasei a reconnu avoir utilisé les données de projets antérieurs pour gagner du temps. Asahi Kasei a lancé une vaste enquête interne et a déjà admis qu’il ne s’agissait pas d’une pratique isolée. Plus de 3 000 projets du groupe sont potentiellement concernés et se pose aussi la question de pratiques identiques par les autres acteurs nippons du BTP.

Corée du Sud : les manuels d’histoire d’Etat officialisés

The Korea Herald – Malgré les fortes oppositions des enseignants, des éditeurs, des rivaux politiques et de groupes d’étudiants, le gouvernement passe en force et annonce aujourd’hui l’imposition de manuels d’histoire pour le secondaire publiés directement par l’Etat. Durant cette annonce officielle, le Premier ministre Hwang Kyo-ahn a estimé que le système de publication privé avait « échoué » à proposer des manuels d’enseignement adéquats. Les manuels d’histoire d’Etat renvoient pour de nombreux Sud-Coréens à la période dictatoriale des années 1970 sous la dictature de Park, père de l’actuelle présidente Park Geun-hye.

Mer de Chine : Taïwan ne reconnaît pas l’autorité de la Cour de La Haye

China Post – C’est une nouvelle publiée ce week-end mais qui mérite d’être relevée. Comme la Chine continentale, Taïwan ne reconnaît pas l’autorité de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye qui s’est déclarée compétente, jeudi 29 octobre, pour statuer sur le conflit de souveraineté entre Pékin et Manille en mer de Chine méridionale. Les gouvernements de Pékin et de Taipei s’estiment chacun comme seul représentant légitime de la nation chinoise : le premier en tant que « République populaire de Chine », le second en tant que « République de Chine ». De ce fait, ils partagent les mêmes revendications territoriales en mers de Chine. Dès lors, comme la Cour de La Haye n’a pas intégré Taïwan dans le processus de juridiction, le gouvernement de Taipei ne reconnait pas son autorité. Par ailleurs, Taïwan réaffirme sa souveraineté sur les îlots de mer de Chine méridionale qu’elle contrôle, tel que l’îlot Taiping dont la piste d’atterrissage a été récemment rénovée, et où un phare a été construit il y a peu.

Asie du Sud-Est

Thaïlande : disparition d’un ancien porte-parole de la police, suspect de crime de lèse-majesté

Bangkok Post – Plongé dans un étrange scandale de crime de lèse-majesté impliquant notamment un célèbre « voyant » local, Prawut Thavornsiri, porte-parole de la police récemment déchu de ses fonctions, n’a pas repris son poste lundi à son commissariat d’assignation. Ce Général de Police était en voyage en Europe mais il ne s’est pas présenté à son poste depuis son retour en Thaïlande dimanche dernier. Avec l’arrivée au pouvoir de la junte militaire, les accusations de crimes de lèse-majesté se sont intensifiées contre les opposants, détracteurs et toutes personnes devenues gênantes aux yeux du régime.

Cambodge : difficile enquête sur les dérapages violents lors d’une manifestation pro Hun Sen

Cambodia Daily – Agacé par les manifestations de l’opposition, le Premier ministre cambodgien Hun Sen avait lancé une contre-manifestation la semaine dernière devant le parlement national. Après des débordements violents, en particulier le passage à tabac de 2 députés de l’opposition, l’enquête a été confiée à des membres proéminents du CPP (Parti du Peuple Cambodgien) dont fait parti Hun Sen. Une décision qui scandalise l’opposition sachant que l’enquête en question n’a toujours pas avancé en vue de déterminer les responsabilités.

Malaisie : débat sur le scandale 1MDB interdit

Malay Mail Online – Le scandale de détournement de fonds et corruption qui touche le Premier ministre malaisien Najib Razak, dit scandale du 1MDB, n’en finit pas de faire des remous. Aujourd’hui, c’est le porte-parole de la chambre basse de l’assemblée nationale du pays, Tan Sri Pandikar Amin Mulia, qui annonce qu’il interdira tout débat public sur la question tant que l’enquête du Comité des Comptes publics n’aura pas pris fin. Ceux qui veulent néanmoins débattre du scandale sont appelés à démissionner de leur poste de représentant au sein du parlement…

Birmanie : des centaines de pêcheurs birmans libérés par l’Inde

Myanmar Times – Plus de 200 pêcheurs birmans ont pu rejoindre leur pays après, pour certains, pas moins de 5 ans passés derrière les barreaux en Inde. Arrêtés par la Navy indienne pour avoir péché illégalement dans les eaux nationales, il aura fallu des années de lentes négociations pour organiser leur retour en Birmanie. Selon les premiers arrivants, il resterait cependant plusieurs centaines de pêcheurs birmans dans la prison indienne de Port Blair dans les îles d’Andaman.

Indonésie : éruption du Mont Rinjani

Jakarta Globe – C’est le deuxième volcan le plus actif d’Indonésie. Le Mont Rinjani (île de Bali) est entré en éruption dimanche. Les autorités locales ont déjà préparé les plans d’évacuation pour les 40 000 personnes qui résident aux alentours du volcan, annonce le Jakarta Globe. Par précaution, la compagnie aérienne Virgin Australia a annoncé avoir annulé ses vols en provenance et à destination de Bali. Les aéroports de l’île restent néanmoins ouverts.

Asie du Sud

Népal : une première victime indienne dans les violences qui agitent la zone frontalière

Nepali Times – La situation dégénère à la frontière entre l’Inde et le Népal avec une première victime indienne dans des violences à Birganj entre manifestants de la minorité Madhesi et la police locale. Assaillis par une foule en colère dans un commissariat, les forces de l’ordre ont répliqué par balles faisant un mort de nationalité indienne. Le couvre-feu a été décrété sur la ville mais rien ne semble pouvoir apaiser les tensions actuelles liées à l’adoption d’une nouvelle constitution dans le pays, dénoncée par plusieurs minorités se sentant lésées par le nouveau texte.

Inde : retour imminent à Mumbai d’un des criminels indien les plus recherchés

Hindustan Times – Arrêté à Bali par la police indonésienne, l’ancien chef mafieux Chhota Rajan devrait arriver sous peu à Mumbai. Il est accusé d’avoir activement soutenu Dawood Ibrahim, le terroriste le plus recherché d’Inde, responsable des terribles attentats de Mumbai en 1993. Cette arrestation fait les gros titres de la presse indienne aujourd’hui sachant que Rajan est poursuivi dans le pays pour pas moins de 70 chefs d’accusation allant du meurtre à l’extorsion de fonds.

Inde : le recours aux mères porteuses bientôt interdit pour les étrangers ?

Scroll – « Capitale mondiale des mères porteuses », l’Inde pourrait rapidement se départir de cette réputation suite à la proposition du gouvernement central d’interdire aux étrangers d’avoir recours à cette pratique. Mais pour le média en ligne Scroll.in, cette décision ne fera que rendre les mères porteuses « plus vulnérables » car sujettes à toutes les dérives liées à l’illégalité (marché noir, trafic, etc.)

Pakistan : plusieurs organisations proches du groupe terroriste LeT bannis des médias

Dawn – Pemra, l’organe de surveillance des médias pakistanais a imposé lundi une interdiction totale de couverture médiatique pour les organisations Jamaatud Dawa (JuD) et Falah-i-Insaniat Fondation (FiF) accusées de servir de relais à la propagande du groupe terroriste Lashkar-e-Taiba (LeT). Ce dernier est accusé par Islamabad d’entretenir des liens étroits avec Daech et de vouloir importer son idéologie djihadiste sectaire sur le territoire pakistanais.

Par Nicolas Sridi, avec Victor Yu à Taipei, Anda Djoehana Wiradikarta, Clea Chakraverty et Alexandre Gandil à Paris