Revue de presse Asie - 26 octobre 2015

Séisme en Asie du Sud, plénum du PC chinois et potentiel "crime contre l’humanité" en Indonésie

L’Asie du Sud a été frappée ce lundi par un violent séisme de magnitude 7,7 sur l’échelle de Richter, dont l’épicentre se trouve en Afghanistan. Copie d’écran de Scroll.in, le 26 octobre 2015.

Asie du Sud

Violent tremblement de terre en Asie du Sud

Scroll.in – Un violent seisme de magnitude 7,7 sur l’échelle de Richter a frappé l’ensemble de l’Asie du Sud ce lundi 26 octobre. L’épicentre se trouve dans l’Est afghan, à la frontière avec le Pakistan, dans la chaîne de montagnes de l’Hindu Kush. Le bilan, encore provisoire, fait état de 50 morts dont 12 dans une école de filles dans la province afghane de Tahar. Le media indien Scroll.in rappelle que la région est propice aux tremblements de terre : en 2005, un séisme de magnitude 7,5 y avait causé la mort de 75 000 personnes.

Le sommet Inde – Afrique s’ouvre à New Delhi

The Hindu – En Asie, il n’y a pas que la Chine qui s’intéresse au continent noir. Les représentans de 54 pays africains se retrouvent aujourd’hui à New Delhi pour l’ouverture du 3e sommet Inde – Afrique. Les rencontres bilatérales et multilatérales organisées à cette occasion doivent permettre à l’Inde de consolider sa position sur le continent africain : formation des ressources humaines, renforcement des institutions et des infrastructures, développement des énergies vertes et de l’agriculture écologique, promotion de l’éducation.

Inde : l’un des criminels les plus recherchés du pays arrêté en Indonésie

Livemint – Recherché par Interpol depuis 1995, le « patron du crime » indien Chhota Rajan s’est fait arrêter dimanche lors de son arrivée à Bali. Accusé de 15 à 20 meurtres en Inde, cela faisait plusieurs années qu’il vivait sous une fausse identité en Australie, a indiqué la police de Canberra.

Bangladesh : attaque terroriste contre une procession chiite, le gouvernement nie l’implication de Daech

The Irrawaddy – Le gouvernement bangladais refuse de voir la main de Daech dans l’attentat qui a frappé une procession chiite hier à Dacca, faisant 1 mort et plus de 100 blessés. Le ministère de l’Intérieur a nié toute implantation du groupe Etat islamique au Bangladesh, bien que la mouvance terroriste ait revendiqué l’attaque, tout comme le meurtre d’un agriculteur japonais et d’un humanitaire italien dans le pays. Le gouvernement de Dacca privilégie la piste de groupes terroristes locaux, déjà accusés des assassinats de blogueurs athées cette année.

Maldives : arrestation du vice-président sur fond de purge contre les dissidents

The Straits Times avec AFP – Le climat politique continue de se dégrader aux Maldives avec l’arrestation du vice-président de la République Ahmed Adeeb, accusé par le président Abdulla Yameen d’avoir fomenté l’attaque du 28 septembre contre son bateau. Une attaque qui avait légèrement blessé sa femme et deux autres personnes. Bien que le président ait qualifié cette mesure de « nécessaire pour assurer la sécurité nationale », d’aucuns y voient le signe d’une répression de plus en plus sévère contre l’opposition ou les personnes trop influentes au goût d’Abdulla Yameen. Les Maldives sont dans le viseur de la communauté internationale depuis 2013 et l’accession de Yameen au pouvoir suite à des élections controversées.

Asie du Nord-Est

Chine : ouverture du 5e plénum du PCC

Channel News Asia – C’est aujourd’hui que s’ouvre le 5e plénum du 18ème congrès du Parti communiste chinois (PCC). Pendant quatre jours, les 205 membres du Comité central du PCC doivent déterminer les orientations du 13e plan quinquennal (2016-2020) – le premier sous le leadership de Xi Jinping. Reprenant un article du Quotidien du Peuple, le South China Morning Post présente les points sur lesquels le nouveau plan devrait insister : le maintien de la croissance, la consommation intérieure comme pilier de l’économie, l’ajustement de la structure industrielle, la modernisation de l’agriculture, l’innovation, etc. C’est aussi à cette occasion que les dirigeants du pays doivent se pencher sur la politique de l’enfant unique, ou plutôt la fin de cette politique, annoncée depuis plusieurs années.

Un sommet Chine – Japon – Corée du Sud pour le 1er novembre

Channel News Asia avec Reuters – C’est confirmé. La Chine, le Japon et la Corée du Sud se retrouveront bien lors d’un sommet trilatéral tenu en marge de la visite du Premier ministre chinois Li Keqiang à Séoul (du 31 octobre au 2 novembre). D’après les médias japonais, cette rencontre – la première depuis 2012 – aura lieu le 1er novembre.

Chine : Lego censure-t-il indirectement l’artiste Ai Weiwei ?

China Real Times (Wall Street Journal) – Ne pas choisir, c’est tout de même faire un choix. L’entreprise danoise Lego l’a prouvé en ce début de semaine : elle a refusé d’honorer la commande de l’artiste chinois Ai Weiwei, qui souhaitait se procurer les briques du constructeur pour « une nouvelle installation artistique ». Motif : l’entreprise souhaite « se tenir à l’écart de tout projet politique ». Mais en déclarant ne pas prendre position, Lego est accusée par les internautes de faire le jeu du gouvernement chinois et de censurer indirectement Ai Weiwei… Et pour le China Real Times (blog affilié au Wall Street Journal), l’affaire pose une question d’importance : en Chine, une entreprise peut-elle vraiment faire preuve d’apolitisme ?

Corée : la session des retrouvailles familiales s’achève

The Korea Herald – La deuxième session des retrouvailles entre familles séparées par la guerre de Corée s’est achevée aujourd’hui. Pour The Korea Herald, la question est désormais celle de l’institutionnalisation de ces rencontres, entamées depuis les années 2000 et dont la fréquence est soumise à l’état des relations intercoréennes. Bien que Séoul et Pyongyang semblent faire preuve de bonne volonté, la tenue prochaine d’exercices militaires conjoints entre la Corée du Sud et les Etats-Unis pourrait, de nouveau, enrayer la dynamique. Et laisser lettre morte les voeux de négociations.

Taïwan : l’outsider James Soong tente d’exister dans la campagne des présidentielles

China Times (en chinois) – Soong Chu-yu (James Soong), le troisième candidat à l’élection de janvier, tente d’exister dans la campagne présidentielle. Selon le China Times, l’un des principaux quotidiens en langue chinoise de l’île, James Soong, en tournée dans le sud de Taïwan, a fortement critiqué la capacité à gouverner de Tsai Ing-wen, la candidate du Parti démocrate-progressiste dans l’opposition, que les sondages donnent gagnante depuis six mois. Il l’a également renvoyée dos à dos avec le candidat du Kuomintang (le parti de la majorité présidentielle), Eric Chu. Selon l’United Daily news, l’autre grand quotidien en langue chinoise, ce vétéran de la politique taïwanaise qui s’est déjà présenté à trois reprises à l’élection présidentielle (à la fonction de président ou de vice-président), a condamné les instituts de sondage pour leur manque d’indépendance. Selon ses propres calculs, il serait crédité de 23% des intentions de vote, et non pas de 5 à 10% comme c’est généralement le cas dans toutes les études d’opinion en ce moment. De leur côté, le KMT s’établit entre 15 et 20% des intentions de vote, le DPP entre 40 et 45 %.

Asie du Sud-Est

Birmanie : les chiffres du recensement de 2014 sur les ethnies et la religion seront publiés après les élections

Myanmar Times – C’est dans un contexte de vives tensions interreligieuses que seront publiés les chiffres du recensement birman de 2014 sur les ethnies et la religion. Il faut croire que le gouvernement ne craint plus d’alimenter le climat délétère qui règne en Birmanie autour de la question. Naypyidaw avait refusé de divulguer les résultats l’année dernière, officiellement pour des raisons techniques, mais les observateurs internationaux y avaient vu une volonté de juguler les persécutions contre les musulmans pour ne pas déstabiliser le pays. Car les résultats du recensement de 2014 pourraient bien révéler une proportion de musulmans supérieure à celle établie par celui de 1983 (4%). Ainsi, en choisissant de publier ces chiffres après les élections du 8 novembre, pour lesquelles le parti au pouvoir (USDP) est donné grand perdant face au parti d’Aung San Suu Kyi, le gouvernement souhaite peut-être s’aménager une fenêtre de tir pour reprendre le pouvoir d’une manière ou d’une autre…

Cambodge : la visite de Hun Sen à Paris irrite la diaspora

The Phnom Penh Post – En visite à Paris du 25 au 27 octobre, le Premier ministre cambodgien Hun Sen a dû faire face hier à une manifestation de la diaspora sur l’esplanade du Trocadéro. Les participants, membres d’organisations politiques, religieuses et culturelles cambodgiennes en France d’après le Phnom Penh Post, demandaient l’arrêt des violations des droits de l’Homme au Cambodge et la démission de Hun Sen. En conséquence, le Parti du Peuple cambodgien (PPC) a publié un communiqué condamnant la manifestation pour provocations et ingérence dans les affaires intérieures du pays. Le PPC accuse le Cambodia National Rescue Party (CNRP), principal parti d’opposition, d’avoir organisé le rassemblement – ce que le CNRP nie, bien que certains de ses membres y aient participé.

Indonésie : les ONG demandent au gouvernement de sécuriser les discussions sur les massacres de 1965

The Jakarta Post – Les citoyens indonésiens souhaitent faire la lumière sur la purge communiste perpétuée il y a 50 ans, en 1965, et qui aurait coûté la vie à plus d’1 million de personnes dans le pays. Mais pour les ONG, le gouvernement ne fait pas suffisamment en faveur de la sécurité des individus qui mettent en place des débats, des diffusions de documentaires ou des rencontres avec les victimes. De ce fait, le président Jokowi est accusé de ne pas favoriser la réconciliation nationale. A lire, notre chronique « L’Indonésie : un Etat-massacre ? ».

Indonésie : les feux de forêt constituent-ils un “crime contre l’humanité” ?

The Guardian – 43 millions de personnes affectées en Indonésie, un demi-million de cas d’infections respiratoires, des dizaines de milliers d’hectares de terres carbonisées, des dizaines d’écoles fermées et d’avions cloués au sol, six provinces indonésiennes en état d’alerte… Les conséquences désastreuses des feux de forêts indonésiens constituent, pour le porte-parole de l’Agence indonésienne de Météorologie, de Climatogolie et de Géophysique, « un crime contre l’humanité d’extraordinaires proportions ». Néanmoins, l’heure n’est pas selon lui à l’identification des coupables, mais au règlement rapide de la situation. Plusieurs pays de la région contribuent déjà à maîtriser les feux et endiguer cette crise internationale : Singapour, la Malaisie, l’Australie et le Japon. Certains activistes dénoncent néanmoins une aide insuffisante et demandent des mesures plus poussées, telles que l’interdiction totale et la condamnation des feux de forêt (déclenchés intentionnellement dans le cadre de la déforestation et de la culture sur brûlis).

Thaïlande : la « justice des militaires » vivement critiquée

Bangkok Post – Après le suicide ce week-end d’un accusé de crime de lèse-majesté dans une prison temporaire de Bangkok (mise en place par l’armée suite à l’attentat du sanctuaire d’Erawan), l’ONG Cross Cultural Foundation demande à la junte plus de transparence dans son traitement des affaires judiciaires. En Thaïlande, certains cas « exceptionnels » échappent en effet au système judiciaire ordinaire et sont directement traités par l’armée.

Par Joris Zylberman et Alexandre Gandil, avec Victor Yu à Taipei, Anda Djoehana Wiradikarta et Clea Chakraverty à Paris.