Revue de presse Asie - 8 juillet 2015

Crise chinoise et milliardaires, frontières Vietnam-Cambodge et location indienne de sous-marin russe

Capture écran du China Daily
Capture écran du China Daily

Asie du Nord-Est

Chine : Face à la crise boursière, la Banque centrale réagitChina Daily – S’exprimant publiquement pour la première fois depuis le début de la crise boursière à Shanghai, la Banque centrale chinoise a annoncé ce mercredi qu’elle injecterait « d’abondantes liquidités » afin de stabiliser les cours en chute libre depuis juin. Le China Daily souligne l’effet rassurant de cette intervention sur les actionnaires, rappelant que le cours de la bourse de Shanghai est passé de – 7 % à – 4,7 % après l’annonce de la Banque centrale.

Mais pendant ce temps, la fortune des milliardaires chinois continue de s’effondrer petit à petit, souligne le China Daily dans un autre article. Durant la seule journée de mardi, Wang Jianlin, président de Wanda Group, a perdu 661 millions de dollars et Jack Ma Yun, fondateur et Pdg d’Alibaba, en a perdu 123… Au cours du mois de juin, les plus riches investisseurs chinois et hongkongais ont ainsi vu leur fortune reculer de 34 milliards de dollars.

Mer de Chine du Sud : le Tribunal de la Haye examine le conflit entre Manille et PékinChannel News Asia avec Reuters – Malgré le refus de participation chinoise, la Cour pénale internationale de La Haye a commencé ce mercredi 8 juillet d’examiner la plainte des Philippines déposée en 2013, afin de régler le conflit de souveraineté entre Pékin et Manille en mer de Chine méridionale. Le gouvernement philippin accuse la Chine d’avoir fait naviguer trois de ses embarcations à moins de 5 km des côtes d’un récif (Second Thomas Shoal) sur les côtes duquel Manille avait fait échouer un navire en 1999 pour y marquer sa souveraineté. L’enjeu du procès réside en fait dans la délimitation de la zone économique exclusive de la Chine et des Philippines en mer de Chine du Sud, sur la quasi-totalité de laquelle le gouvernement de Pékin revendique sa souveraineté. Cette mer, parcourue par la moitié du tonnage de la flotte mondiale, est particulièrement convoitée par ses Etats riverains pour ses potentielles ressources énergétiques et halieutiques, rappelle Channel News Asia. C’est la première fois qu’un conflit de souveraineté sur ce territoire est porté devant une instance internationale.

Corée du Sud : Premier décès dû au MERS depuis 8 jours Korea Herald
La Corée du Sud a annoncé ce mercredi un 34ème décès lié au syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), le premier depuis 8 jours. Aucune nouvelle infection au virus n’a été diagnostiquée depuis 3 jours. 33 personnes restent cependant hospitalisées et 811 mises en quarantaine (137 personnes de plus depuis mardi, soit une augmentation de 20 % en un jour). Le Korea Herald rappelle que seuls 18,3 % des personnes ayant contracté le MERS en sont morts, la quasi-totalité d’entre eux (90 %) étant déjà sujets à des problèmes de santé (diabètes, cancer) que le virus a aggravés.

Asie du Sud-Est

Vietnam – Cambodge : ouverture du dialogue sur la délimitation de la frontièreThe Phnom Penh Post et Vietnam + – Hier mardi 7 juillet, les gouvernements vietnamiens et cambodgiens ont ouvert un dialogue de deux jours sur la délimitation de leur frontière, dans le cadre d’une réunion sur la Commission mixte frontalière Cambodge-Vietnam. Cette rencontre intervient après plusieurs incidents dans la zone contestée ces derniers mois. D’un côté, les autorités vietnamiennes sont soupçonnées d’avoir ravagé les récoltes de paysans cambodgiens fin juin, rapporte The Pnomh Penh Post. De l’autre, entre 200 et 250 militants cambodgiens sont accusés d’être entrés illégalement en territoire vietnamien en avril, attaquant les autorités locales et faisant 7 blessés, selon l’agence d’Etat Vietnam +. Afin d’apaiser les tensions, le premier ministre cambodgien Hun Sen a demandé au début du mois à l’ONU les originaux des cartes déposées par le roi Norodom Sihanouk auprès des Nations Unies en 1964, délimitant le tracé de la frontière entre les deux Etats.

Malaisie – Singapour : transfert de fonds suspect pour le premier ministre malaisChannel news Asia avec Reuters et Wall Street Journal – Les autorités singapouriennes ont affirmé auprès de la Malaisie leur soutien et participation à l’enquête sur un transfert frauduleux d’environ 700 millions de dollars effectués depuis un compte singapourien vers celui du Premier ministre malaisien Najib Razak. Ce dernier a réfuté toute accusation de fraude. C’est le Wall Street Journal qui, dans un article du 4 juillet, avait révélé l’affaire, apparue dans le cadre d’une enquête sur le fonds d’investissement malaisien 1MDB (1Malaysia Development Berhad), détenu par l’Etat malaisien et criblé de dettes, rappellent Channel News Asia et Reuters. Un article que Najib Razak a rejeté en bloc et qualifié de « [tentative de] sabotage politique ».

ASEAN : l’ombre des crises grecque et chinoise sur le projet de marché commun Australian Financial Review – Au-delà des enjeux propres à l’Asie du Sud-Est, le contexte économique asiatique et international pèse sur les perspectives de mise en place d’ici 2016 de la Communauté économique de l’ASEAN (AEC), c’est-à-dire d’un marché commun entre les 10 Etats-membres de l’organisation. L’analyse faite par l’Australian Financial Review tire pour l’ASEAN les leçons des cas grec et chinois.

La crise grecque n’a qu’un impact indirect sur l’Asie du Sud-Est. Il révèle que, dans le cadre d’une intégration régionale, les écarts de développement entre Etats constituent des facteurs d’instabilité non négligeables, et que les institutions ne sont pas toujours à même de les combler. Un constat d’autant plus révélateur que les écarts de développement en Asie du Sud-Est sont bien plus grands qu’en Europe…

La crise boursière à Shanghai a en revanche un impact direct sur la mise en place de l’AEC. Les investissements chinois en Asie du Sud-Est, notamment en termes d’infrastructures, sont nécessaires à l’efficacité et au bon fonctionnement d’un potentiel marché commun, puisqu’ils favoriseront l’interconnexion de la région et donc les échanges entre les Etats. Ainsi, l’ASEAN se retrouve dépendante des réponses apportées par la Chine à la crise qu’elle est en train de traverser, afin que ses investissements puissent se concrétiser.

Asie du Sud

Afghanistan : dialogue pour la paix entre le gouvernement et les TalibansDawn – Après une série de rencontres informelles sans véritable résultat, des représentants du gouvernement afghan et des Talibans se sont retrouvés dans la ville pakistanaise de Murree pour un premier « cycle de dialogue pour la paix », conclu ce mercredi. Des observateurs pakistanais, chinois et américains étaient également présents. Les deux parties ont échangé leurs analyses sur le règlement du conflit afghan. Officiels et Talibans ont insisté sur la nécessité de bâtir une confiance mutuelle, nécessaire au rétablissement et à la consolidation de la paix que chacun appelle de ses voeux, indique Dawn. Les représentants talibans ont cependant rappelé que de véritables négociations ne pourraient prendre part qu’en cas de retrait total des troupes étrangères du territoire afghan. Une prochaine rencontre entre le gouvernement afghan et les Talibans devrait avoir lieu après le ramadan.

Inde : les premières répercussions de la crise boursière chinoise se font sentirThe Times of India
Si l’Inde a bien su résister à la crise grecque, la crise chinoise a d’ores et déjà causé ce mercredi un affaiblissement de la roupie face au dollar et une chute des cours de la bourse de Bombay (- 500 points). Les titres de Vedanta, Kotak Bank et Balkrishna Industries étaient respectivement à – 8 %, – 7,39 % et – 7 % à l’ouverture de la bourse. Le seul impact positif sur l’Inde de la crise chinoise est la baisse des prix des matières premières qu’elle engendre, dans la mesure où les marchés internationaux craignent qu’un ralentissement économique chinois ne tire la croissance mondiale vers le bas.

Inde : location d’un nouveau sous-marin nucléaire en négociation avec la RussieThe Economic Times – L’Inde et la Russie sont entrées dans la dernière phase des négociations pour la location par New Dehli à Moscou, d’un nouveau modèle de sous-marin nucléaire à la fois « moderne et de classe internationale ». Il s’agirait certainement du sous-marin russe de type Yasen, le plus rapide et le moins détectable jamais construit par la Russie, souligne The Economic Times. En parallèle, l’Inde s’est lancée dans un projet de construction de ses propres sous-marins nucléaires d’attaque. Le Premier ministre indien Narendra Modi marque ainsi une rupture avec son prédecesseur Manmohan Singh, qui se cantonnait à la rénovation voire à la cession d’anciens sous-marins, et avait ainsi été à l’origine d’une réduction de la flotte indienne.

La rédaction d’Asialyst