Société
Photo-reportage

Sur la route de Kodari, villages détruits par le séisme

 

Un Photo-reportage de Guillaume Payen, réalisé au Népal, sur la route de Dolalgat à Kodari (environ 65 km), 13 jours après le séisme du 25 avril 2015 et ses répliques dévastatrices qui ont fait plus de 8 800 morts, 23 000 blessés et des centaines de milliers de sans-abri. Nous publions cette série de clichés deux mois après le désastre comme un témoignage de mémoire. Car aujourd’hui, selon Guillaume Payen et ses sources sur place, les villageois ont dû déserter leur propre village, faute de moyens de survivre.

Contexte

7 mai 2015 à Kodari, non loin de la frontière chinoise avec le Tibet. Le tremblement de terre a détruit une partie du pays. Ici les villageois népalais isolés attendent de l’aide et s’inquiètent de la possibilité d’une réplique fatale. La plupart des maisons se sont éffondrées ou ont été détruites par des éboulements d’énormes pierres glissant des flancs de la montagne. De 5 à 6 secousses se font sentir jour et nuit et personne ici n’a reçu d’aide, le réseau téléphonique ne fonctionne pas. Les villageois ont assez de nourriture pour tenir encore 2 semaines, mais ne peuvent continuer à travailler et gagner de l’argent. Ils essaient de survivre, livrés à eux-mêmes. L’atmosphère est au chaos.

Les villageois de Kodari brûlent les corps des morts près de la frontière avec le Tibet.

Les villageois de Kodari brûlent les corps des morts près de la frontière avec le Tibet.

Un homme dégageant les décombres d’une maison effondrée à Kodari.

Un homme dégageant les décombres d’une maison effondrée à Kodari.

Campement de tentes sur la route d’Araniko, qui abrite les villageois qui n’ont plus d’endroit où dormir depuis le puissant séisme qui a ravagé la région, près du village de Kodari.

Campement de tentes sur la route d’Araniko, qui abrite les villageois qui n’ont plus d’endroit où dormir depuis le puissant séisme qui a ravagé la région, près du village de Kodari.

Une femme avec sa fille dans leur tente d’appoint sur la route d’Araniko.

Les enfants jouent dans les décombres des maisons effondrées par un glissement de terrain, sur la route d’Araniko.

Les enfants jouent dans les décombres des maisons effondrées par un glissement de terrain, sur la route d’Araniko.

D’énormes pierres glissant depuis les montagnes sont venues s’écraser sur les camions de marchandises.

D’énormes pierres glissant depuis les montagnes sont venues s’écraser sur les camions de marchandises.

Un bus d’école détruit par le glissement de terrain causé par le séisme.

Un bus d’école détruit par le glissement de terrain causé par le séisme.

Un enfant portant des marchandises trouvées dans ce qui reste d’un camion chinois détruit par le tremblement de terre, à trente minutes à pied sur la route d’Araniko.

Un enfant portant des marchandises trouvées dans ce qui reste d’un camion chinois détruit par le tremblement de terre, à trente minutes à pied sur la route d’Araniko.

Village détruit et abandonné par ses habitants, sur la route d’Araniko, non loin du village de Kodari.

Village détruit et abandonné par ses habitants, sur la route d’Araniko, non loin du village de Kodari.

Un camion chinois détruit lors du tremblement de terre. Il transportait des pommes. Les villageois se servent de ce qui peut rester pour se nourrir.

Un camion chinois détruit lors du tremblement de terre. Il transportait des pommes. Les villageois se servent de ce qui peut rester pour se nourrir.

Les villageois cherchent ce qu’il reste à manger dans les camions de marchandises détruits par le séisme.

Les villageois cherchent ce qu’il reste à manger dans les camions de marchandises détruits par le séisme.

Village détruit par le séisme, les dégats sont importants dans toute la région.

Village détruit par le séisme, les dégats sont importants dans toute la région.

Ces hommes portent leur dernier sac de riz à partager avec les autres villageois.

Ces hommes portent leur dernier sac de riz à partager avec les autres villageois.

Une femme et son garçon debout, dans ce qui reste de leur maison détruite par le tremblement de terre.

Une femme et son garçon debout, dans ce qui reste de leur maison détruite par le tremblement de terre.

Village détruit abandonné par ses habitants, sur la route d’Araniko, près de Kodari.

Village détruit abandonné par ses habitants, sur la route d’Araniko, près de Kodari.

Un homme ramasse des briques dans les décombres afin de reconstruire sa maison derrière lui.

Un homme ramasse des briques dans les décombres afin de reconstruire sa maison derrière lui.

Un homme dégage les décombres de sa maison détruite.

Un homme dégage les décombres de sa maison détruite.

Un homme rapporte une caisse de vivres trouvée dans un camion de marchandise détruit.

Un homme rapporte une caisse de vivres trouvée dans un camion de marchandise détruit.

Une famille à l’intérieur de sa maison détruite, sur la route d’Araniko.

Une famille à l’intérieur de sa maison détruite, sur la route d’Araniko.

Une énorme pierre est venue s’abattre sur cette maison, non loin du village de Kodari.

Une énorme pierre est venue s’abattre sur cette maison, non loin du village de Kodari.

Les enfants dorment dans des tentes d’appoint.

Les enfants dorment dans des tentes d’appoint.

A l’intérieur d’un refuge d’appoint, au petit matin.

A l’intérieur d’un refuge d’appoint, au petit matin.

Une femme debout sur les gravats de sa maison effondrée.

Une femme debout sur les gravats de sa maison effondrée.

Les hommes s’organisent pour dégager les décombres des maisons effondrées.

Les hommes s’organisent pour dégager les décombres des maisons effondrées.

Une famille en train de déjeuner dans ce qu’il reste de sa maison détruite par le séisme.

Une famille en train de déjeuner dans ce qu’il reste de sa maison détruite par le séisme.

 
 
A propos de l'auteur
Guillaume Payen
Photojournaliste et reporter français basé à Bangkok en Thaïlande, Guillaume Payen parcourt régulièrement le monde pour des projets ou missions. Diplômé de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-arts Option Photographie en France, il se consacre à temps plein à la réalisation de reportages photographiques et couvre l'actualité à travers l'Asie. Parmi ses récents travaux : la tribu méconnue ‘Des Bateks’ de la jungle de Tamara Negara en Malaisie, un rapport sur les répercussions de Fukushima au Japon, les manifestations anti-gouvernementales en Thaïlande, la révolution des parapluies à Hong Kong, un documentaire sur les mines de Ruby à Mogok en Birmanie et plus récemment, le tremblement de terre au Népal, et le réfugiés Rohingyas sur l'île de Langkawi en Malaisie. Guillaume publie régulièrement dans le Wall Street Journal (USA, Japon, Chine), The Telegraph, The Guardian, The Times, Paris Match, Libération, The Daily Signal, Le Temps, ou le Daily Mail.