Politique
Macabres découvertes

 

139 fosses communes de migrants découvertes dans la jungle Malaisienne

EyeWitnessNews, capture.
Capture d'écran du site EyeWitnessNews.
Après la Thaïlande, la Malaisie découvre à sont tour la macabre réalité du trafic d’êtres humains sur son territoire. 139 charniers et 28 camps de détention ont été découverts ce lundi dans une région reculée proche de la frontière Thaïlandaise. Impossible de savoir combien de corps se trouvent dans ces fosses communes pour l’instant. Le chef de la police Malaisienne précise toutefois que la plus grande de ces tombes pourrait contenir jusqu’à 300 corps.

Le Global Timesqui reprend une dépêche de l’agence Chine Nouvelle cite de son côté le Ministre malaisien de l’intérieur : à coté des fosses communes, les commandos ont trouvé 14 grandes tentes et trois plus petites destinées à « l’accueil » des réfugiés près de la ville frontalière de Padang Besar, au nord de l’Etat de Perlis. Ces tentes ont été utilisées par les passeurs « pendant au moins cinq ans » affirme le Ministre. Ces nouveaux charniers se situent à 500 mètres de la frontière avec la Thaïlande voisine où avait été découvert 33 corps de réfugiés au début du mois note pour sa part le site EyeWitnessNews

Le Manilla Timess’en tient de son côté à une reprise de l’AFP et aux propos du Premier ministre malaisien. Najib Razak se dit « profondément choqué par la découverte de tombes sur le sol malaisien, liées au trafic d’être humain » et promet de « trouver les responsables« . Le Quotidien du Peuple rappelle à cette occasion les contradictions dans le discours des autorités Malaisiennes : « cette découverte arrive, après que le secrétaire général du Ministère de l’intérieur de Malaisie (…) ait déclaré plus tôt ce mois-ci que des enquêtent avaient montré qu’il n’y avait pas de camps ou de tombes de victimes de la traite des être humains en Malaisie« .

Jugement sévère également du côté du Sydney Morning Herald qui consacre un long papier au sujet. « Pendant des années, la Malaisie a tranquillement permis à des dizaines de milliers de Rohingyas et de Bangladais de rentrer dans le pays via les trafiquants pour servir de main d’œuvre pas chère souligne le journal australien. Beaucoup ont été détenus dans des camps dans la jungle et sur des bateaux en mer alors que les mafieux exigeaient une rançon auprès de leurs familles« .

En Thaïlande, dans la province de Songkhla située juste en face de l’Etat de Perlis, de nouveaux charniers ont été découverts vendredi indique le Bangkok Post « Plus de 30 corps ont été découverts dans des tombes peu profondes (…) à proximité de la frontière avec la Malaisie » affirme le chef de la police qui n’a guère de doutes quant à l’origine des victimes. « Il s’agit des corps de réfugiés musulmans Rohingyas venus de Birmanie et de Bangladais morts de faim ou de maladies » poursuit ce dernier dans le quotidien anglophone. Les fonctionnaires locaux ont été alertés par un ramasseur de champignons qui a « trébuché » sur des restes humains. Seule bonne nouvelle parmi ces macabres découvertes, l’hôpital le plus proche a pu sauver un homme très émacié, un Bangladais qui a survécu à la faim et aux mauvais traitements des passeurs.

Par la rédaction d’Asialyst