Revue de presse Corée du Sud - 10 novembre 2016

Corées : Trump promet de maintenir l'alliance avec Séoul

Contrairement à ses promesses de campagne, Trump a réaffirmé son engagement vis-à-vis de la Corée du Sud. Copie d'écran du Korea Times, le 10 novembre 2016.
Contrairement à ses promesses de campagne, Trump a réaffirmé son engagement vis-à-vis de la Corée du Sud. Copie d'écran du Korea Times, le 10 novembre 2016.
Korea Times – Après le Japon, Donald Trump cherche aussi à rassurer la Corée du Sud. Dans son coup de fil à la présidente Park Geun-hye, le 45e président des Etats-Unis a « réaffirmé l’engagement sécuritaire de Washington envers Séoul », déclare le Korea Times. Objectif : maintenir un rôle défensif « fort et ferme », citant les mots de l’intéressé. Des propos qui n’apaisent pas la crainte de certains experts, d’après lesquels Trump pourrait – selon ses promesses de campagne de « réduire l’engagement militaire américain » – transférer définitivement à Séoul le contrôle des troupes sud-coréennes en temps de guerre. Contrôle qui revient à Washington depuis la guerre de Corée (1950-1953), rappelle le Korea Times.

Autre dossier bouillant entre les Etats-Unis et la Corée du Sud : la question nucléaire nord-coréenne. A ce titre, Donald Trump a promis « tout et son contraire » lors de la campagne électorale, depuis « des négociations à la même table que Kim Jong-un » jusqu’à « la remise du dossier entre les seules mains de la Chine », souligne Victor Cha, responsable Corée au think-tank CSIS. Park Geun-hye a ainsi rappelé la nécessité, d’après elle, d’une « coopération rapprochée » entre Séoul et Washington afin d’éviter toute « provocation » de Pyongyang pendant la période de transition à la Maison blanche – et après. De son côté, la Corée du Nord a prévenu Donald Trump qu’il aurait à faire avec « un Etat nucléaire » et que les appels américains à la dénucléarisation constituaient « une illusion obsolète ». Kim Jong-un demande ainsi à « changer la politique des Etats-Unis » dans la péninsule coréenne, rapporte le Straits Times.