Revue de presse Birmanie - 10 novembre 2016

Birmanie : "Trump ne sait même pas où se trouve notre pays !"

L'administration birmane s'inquiète du président élu Donald Trump, craignant pour leurs relations bilatérales. Copie d'écran du Myanmar Times, le 10 novembre 2016.
L'administration birmane s'inquiète du président élu Donald Trump, craignant pour leurs relations bilatérales. Copie d'écran du Myanmar Times, le 10 novembre 2016.
Myanmar Times – Les craintes des autorités birmanes rejoignent celles de bon nombre de pays asiatiques après la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles américaines. Dans le Myanmar Times le porte-parole de la Ligue nationale pour la Démocratie (LND), U Win Htein, ne cache pas sa déception. « Je voulais qu’Hillary Clinton gagne », a-t-il déploré. Il faut dire que la candidate malheureuse considérait le rapprochement américano-birman comme l’un des grands succès de son passage au Secrétariat d’Etat américain, entre 2008 et 2012. « Trump ne saurait même pas placer la Birmanie sur une carte si on le lui demandait. La relation entre nos deux pays risque de souffrir sous sa présidence. »

Mais tous les Birmans ne partagent pas son avis. Les groupes anti-musulmans du pays composent ainsi des chants lyriques pour fêter la victoire du républicain, rapporte le Straits Times. Ils considèrent Donald Trump comme le champion de la lutte contre le « terrorisme islamiste », louant sa proposition d’interdire aux musulmans l’accès au territoire américain. Le fameux moine controversé Wirathu s’est ainsi fendu d’un poème de quatre vers : « La sécurité publique est la plus haute considération, Donald Trump est le véritable leader, le peuple l’aime tant, le nationalisme est la priorité. »