Revue de presse Sri Lanka - 8 novembre 2016

Sri Lanka : l'ancien président Rajapaksa invité à diriger un nouveau parti

Le retour de Rajapaksa sur la scène politique srilankaise n'est qu'une question de temps. Copie d'écran de The Hindu, le 8 novembre 2016.
Le retour de Rajapaksa sur la scène politique srilankaise n'est qu'une question de temps. Copie d'écran de The Hindu, le 8 novembre 2016.
The Hindu – Son retour sur la scène politique sri-lankaise n’est pas un mystère. Cependant l’ancien président Mahinda Rajapaksa, qui a régné sur le pays de 2005 à 2015, n’a pas encore dit ses intentions précises. Hier lundi 7 novembre, son ancien ministre des Affaires étrangères G.L. Peiris a pris les devants. Non élu au parlement, Peiris est resté très actif dans l’opposition pro-Rajapaksa à l’actuel président Maithripala Sirisena. La semaine dernière, l’ancien chef de la diplomatie assumait encore la présidence du Sri Lanka’s People Front (SLPF). Ce parti est actuellement divisé en deux courants, l’un favorable au président Sirisena, l’autre à Rajapaksa. Mais quelques jours plus tard, Peiris a été suspendu de ses fonctions.

Aujourd’hui, G. L. Peiris souhaite former une nouvelle organisation politique et appelle l’ex-chef de l’Etat à en prendre les rênes : « Nous ferons de notre mieux pour le persuader de diriger notre nouveau parti. Jusqu’à maintenant, [Mahinda Rajapaksa] ne s’est pas engagé auprès de nous, mais nous avons l’espoir qu’il acceptera. » Selon The Hindu, il reste peu probable pour l’instant que Rajapaksa sorte du SLPF qui représente pour lui la légitimité auprès de la majorité ethnique cinghalaise, indispensable s’il veut revenir un jour au pouvoir.