Revue de presse Indonésie - 27 octobre 2016

Indonésie : la nouvelle loi antiterroriste sera "proactive"

Cette nouvelle loi prévoit d'agir en amont des attaques en punissant les discours de haine et les personnes soupçonnées de rejoindre les rangs des groupes terroristes. Copie d'écran du Jakarta Globe, le 27 octobre 2016.
Cette nouvelle loi prévoit d'agir en amont des attaques en punissant les discours de haine et les personnes soupçonnées de rejoindre les rangs des groupes terroristes. Copie d'écran du Jakarta Globe, le 27 octobre 2016.
Jakarta Globe – Que dit la nouvelle loi antiterroriste indonésienne ? Cette « loi proactive » permettra aux autorités de lancer des mesures préventives contre les groupes terroristes en punissant les discours de haine et les personnes rejoignant des organisations terroristes internationales. « Si la loi n’est pas votée, nous ne pourrons rien faire avant qu’une attaque ait lieu. On ne peut pas se permettre d’attendre qu’il y ait encore plus de victimes », a plaidé Wiranto, ministre indonésien de la Défense. Cette nouvelle loi, débattue depuis les attentats de janvier dernier à Djakarta, comporte un second volet : l’armée indonésienne pourra se battre aux côtés de la police lors d’opérations antiterroristes. Une décision que rejettent les associations de défense des droits de l’homme qui craignent de voir une justice militaire se mettre en place.

L’objectif de la nouvelle loi : limiter le pouvoir de groupuscules radicalisés intouchables jusqu’à présent par la législation du pays. Environ 500 Indonésiens se seraient rendus en Syrie pour rejoindre les rangs de l’Etat islamique. Au moment où ce dernier perd du terrain au Moyen-Orient, le gouvernement craint le retour de ces soldats et l’intensification d’attaques sur son territoire. Depuis le début de l’année, l’Indonésie a été touché par de nombreuses attaques isolées et le gouvernement redoute de plus en plus d’actions de « loups solitaires » entraînés via les réseaux sociaux par le groupe Etat islamique, rapporte The Straits Times. Jeudi 20 octobre, un homme de 21 ans soupçonné d’être proche du groupe Etat islamique avait ainsi attaqué deux officiers de police en banlieue de Djakarta (voir notre revue de presse du 20 octobre)

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don