Revue de presse Pakistan - 20 octobre 2016

Pakistan : Nawaz Sharif sous pression de la justice et de l'opposition sur le Panamagate

L'opposition à Nawaz Sharif se divise alors que le Premier ministre est convoqué à la Cour suprême. Copie d'écran du Dawn, le 20 octobre 2016.
L'opposition à Nawaz Sharif se divise alors que le Premier ministre est convoqué à la Cour suprême. Copie d'écran du Dawn, le 20 octobre 2016.
Dawn – Le scandale des Panama Papers n’a pas fini de gêner Nawaz Sharif. Hier, mercredi 19 octobre, le parti d’opposition du peuple pakistanais (PPP) a de nouveau critiqué le Premier ministre pour son mutisme dans l’affaire des Panama Papers. Depuis avril dernier, trois de ses enfants sont en effet soupçonnés d’avoir caché de l’argent dans des paradis fiscaux. Des accusations dont se défend Nawaz Sharif qui veut attendre 2018 et les prochaines élections générales pour s’expliquer.

Mais le PPP s’en prend aussi à un second parti d’opposition, le PTI, et à son leader Imran Khan qui ont appelé à manifestater et bloquer Islamabad le 2 novembre prochain. « Tout le monde a le droit de manifester mais bloquer une ville ou une région n’est pas un droit. C’est un acte criminel qui porte préjudice aux citoyens », a lancé Syad Khurshid Shah, membre du PPP. Et de se défendre : « Nous n’avons pas été prévenu de cette manifestation. Le PTI a tendance à agir seul. »

Par ailleurs, la Cour suprême a convoqué aujourd’hui jeudi 20 octobre la famille Sharif dans le cadre de l’enquête sur les « Panama Papers », rapporte Dawn dans un autre article. L’audience a ensuite été ajournée pour quinze jours. Le leader du PTI, Imran Khan a quant à lui réitéré son désir que la loi fasse son oeuvre et s’il s’est félicité de la tenue de cette première audience, il a appelé à accélérer la tenue du procès.