Revue de presse Thaïlande - 18 octobre 2016

Thaïlande : censure anti-lèse-majesté alors que les funérailles du roi s'organisent

Plus de 120 publications condamnables selon la loi de lèse-majesté ont été recensées sur les réseaux sociaux. Copie d'écran du Bangkok Post, le 18 octobre 2016.
Plus de 120 publications condamnables selon la loi de lèse-majesté ont été recensées sur les réseaux sociaux. Copie d'écran du Bangkok Post, le 18 octobre 2016.
Bangkok Post – La lutte contre le lèse-majesté à son paroxysme. Cinq jours après la mort du roi de Thaïlande, la junte militaire au pouvoir s’est engagée dans une traque contre les messages critiquant le défunt souverain publiés sur les réseaux sociaux. « Nous avons besoin de la coopération entière de Facebook et Youtube pour bloquer les 120 publications que nous avons détectées diffusant un message inapproprié », a expliqué Takorn Tantasith, secrétaire général de la commission des télécommunications (NTBC). Le Bangkok Post appelle par ailleurs ses lecteurs à signaler des contenus critiquant la monarchie dans un pays où la loi de lèse-majesté est l’une des plus sévères du monde. Et aujourd’hui, mardi 18 octobre, la junte militaire à appeler le peuple à « sanctionner » ceux qui critiquent la monarchie, rapporte The Straits Times.

Depuis quelques jours, des vidéos circulent de personnes agressées par des foules les accusant de manque de ferveur royaliste. Hier, lundi 17 octobre, une vidéo en direct sur Facebook montrait ainsi une foule obligeant un homme à se mettre à genoux et à s’excuser d’avoir insulté la monarchie. Un responsable de la police locale s’est par ailleurs félicité de l’avoir « forcé à présenter des excuses en public face au portrait du roi ».

Pendant ce temps, les funérailles du roi prévues du 22 au 24 octobre s’organisent, précise le Bangkok Post dans un deuxième article. Le plus grand défi : parvenir à gérer la présence de milliers de Thaïlandais qui viendront rendre un dernier hommage à leur souverain. Et c’est à la princesse Maha Chakri Sirindhron que revient cette lourde tâche ainsi que celle de construire un Phra Meru, un sanctuaire, où reposera le défunt. Dans l’ensemble du pays, les temples accueilleront aussi des cérémonies d’hommage du roi. Et la vie reprend peu à peu son cours en Thaïlande. Hier, la princesse, très impliquée dans les programmes caritatifs d’aides au développement a d’ailleurs montré l’exemple en assistant à une conférence de l’Organisation mondiale des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) où elle devient l’ambassadeur de son pays, signale le Bangkok Post.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don