Revue de presse Japon - 18 octobre 2016

Japon : première réunion pour discuter des conditions de l'abdication de l'empereur

Aucune disposition concernant une possible abdication de l'empereur n'est prévue dans "la loi sur la maison impériale". Copie d'écran du Japan Times, le 18 octobre 2016.
Aucune disposition concernant une possible abdication de l'empereur n'est prévue dans "la loi sur la maison impériale". Copie d'écran du Japan Times, le 18 octobre 2016.
The Japan Times – Les experts sont au chevet de la maison impériale japonaise. Un comité consultatif gouvernemental de six membres s’est réuni pour la première fois lundi 17 octobre pour discuter « de mesures visant à réduire les fonctions publiques de l’empereur ». Au coeur des discussions qui donneront lieu à un rapport devant être remis au Premier ministre japonais d’ici au printemps prochain, la question de savoir « si et comment un empereur peut abdiquer en raison de son age avancé. »

En effet, aucune disposition concernant une possible abdication n’est prévue dans la « loi sur la maison impériale » qui régit le rôle et la place de l’empereur ainsi que la ligne de succession impériale. En effet, « les premiers législateurs de la fin du XIX siècle pensaient que de telles dispositions affaibliraient le système impérial », nous rappelle le quotidien nippon.
A l’occasion de l’ouverture de cette première session de travail, Shinzo Abe a appelé les membres de la commission à « procéder de manière calme », se montrant ainsi désireux d’éviter tout débat politique autour des questions de la succession impériale.
La « loi sur la maison impériale » stipule que les empereurs doivent régner jusqu’à leur mort et le comité se devra de statuer si une modification doit être apportée à la loi de façon globale ou s’il convient de passer une loi temporaire ne s’appliquant qu’au seul empereur Akihito, âgé aujourd’hui de 82 ans.

Selon le Japan Times, la question est d’importance dans l’archipel car si de récents sondages montrent que de 70 à 90 % de la population japonaise se prononce en faveur d’une abdication de l’empereur, les nationalistes eux craignent qu’une telle situation n’affaiblisse sur le long terme la plus vieille monarchie du monde. C’est donc pour préserver un consensus politique, que l’idée d’une loi temporaire semble s’imposer, notamment dans l’esprit du Premier ministre, selon le quotidien.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don