Revue de presse Pakistan - 13 octobre 2016

Le Pakistan aurait "répondu" en cas de frappes chirurgicales, affirme son ambassadeur en Inde

Le conflit d'interprétation entre New Delhi et Islamabad sur les prétendues "frappes chirurgicales" indiennes au Cachemire continue de faire rage. Copie d'écran du Times of India, le 13 octobre 2016.
Le conflit d'interprétation entre New Delhi et Islamabad sur les prétendues "frappes chirurgicales" indiennes au Cachemire continue de faire rage. Copie d'écran du Times of India, le 13 octobre 2016.
Times of India – L’affaire des « frappes chirurgicales » indiennes au-delà de la ligne de contrôle cachemirie continue de faire couler beaucoup d’encre entre New Delhi et Islamabad. Fidèle à l’interprétation de son pays, l’ambassadeur pakistanais en Inde Abdul Basit a démenti la conduite de telles opérations par l’armée indienne : « Il n’y a pas eu de frappes chirurgicales, mais seulement des échanges de tirs frontaliers [le 29 septembre] […] S’il y avait eu de telles frappes, nous aurions immédiatement répondu. »

Abdul Basit a également nié le fait que des soldats indiens auraient franchi la ligne de contrôle pour tuer des séparatistes cachemiris. D’après lui, les autorités de New Delhi « mentiraient » lorsqu’elles affirment détenir des preuves vidéos montrant les fameuses « frappes chirurgicales » : « Tout cela me semble fabriqué », conclut-il. Jusqu’à présent, l’Inde aurait refusé de dévoiler les images pour « ne pas coincer l’armée pakistanaise » ni « compromettre des détails opérationnels, des tactiques, des techniques et les équipements utilisés lors des raids », explique le Times of India.