Revue de presse Hong Kong - 22 septembre 2016

Hong Kong : pas de prison pour les leaders étudiants d'Occupy Central

Les leaders, initiateurs de la révolution des Parapluies en septembre 2014 ont été condamnés à des travaux d'intérêt général. Copie d'écran du South China Morning Post, le 22 septembre 2016.
Les leaders, initiateurs de la révolution des Parapluies en septembre 2014 ont été condamnés à des travaux d'intérêt général. Copie d'écran du South China Morning Post, le 22 septembre 2016.
South China Morning Post – Ils n’iront pas en prison et seront condamnés à des travaux d’intérêt général. Alors que les procureurs souhaitaient l’incarcération de Joshua Wong Chi-fung, de Nathan Law Kwun-chung et d’Alex Chow Yong-kang, initiateurs de la « révolte des Parapluies » à Hong Kong en 2014, la juge en charge du dossier n’a pas cédé. Les deux premiers ont été condamnés à 80 et 100 heures de travaux d’intérêt général respectivement. Seul le troisième devra purger une peine de trois semaines d’emprisonnement, assortie d’un sursis d’un an.

Le 21 juillet dernier, Joshua Wong, 19 ans, et Alex Chow, 25 ans, avaient été reconnus coupables de « rassemblement illégal ». Nathan Law, 23 ans, avait quant à lui été inculpé pour « incitation au rassemblement ». Les trois leaders comparaissaient pour des faits remontant au 26 septembre 2014, soit deux jours avant le début du mouvement des Parapluies. Ils avaient pénétré dans le siège du gouvernement avec d’autres militants, lançant ainsi le mouvement pro-démocratique hongkongais (voir notre revue de presse du 21 juillet).

Pour les procureurs, seule une peine de prison était envisageable, les trois jeunes ayant agi avec préméditation et ne montrant aucun signe de remords. L’avocat Edwin Choy Way-bond, en charge du dossier d’Alex Chow a, dans une référence biblique, appelé la juge à ne pas agir comme Ponce Pilate, qui cédant à la pression de la foule, avait livré le Christ à la vindicte de ses ennemis pour la crucifixion.

De leur côté, les trois jeunes ont accusé les procureurs de n’agir que par pure motivation politique. Nathan Law, plus jeune député jamais élu à Hong Kong (voir notre revue de presse du 5 septembre) a remercié la juge, faisant référence à des « anges gardiens qui protègent la ville de l’intérieur. »