Revue de presse Hong Kong - 21 septembre 2016

Hong Kong : le chef de l'exécutif pris dans un imbroglio immobilier

Au cœur du scandale : la décision contestée de donner la priorité à un projet de construction de 4000 logements impliquant l'expulsion et le déplacement de trois communautés villageoises. Copie d'écran du South China Morning Post, le 21 septembre 2016.
Au cœur du scandale : la décision contestée de donner la priorité à un projet de construction de 4000 logements impliquant l'expulsion et le déplacement de trois communautés villageoises. Copie d'écran du South China Morning Post, le 21 septembre 2016.
South China Morning Post – Le chef de l’exécutif de Hong Kong, Leung Chun-ying, semble bel et bien pris dans les rets d’une dispute au sein de son gouvernement autour d’un scandale immobilier. « Tout va bien, il n’y a rien d’anormal », dans mon gouvernement, s’est-il empressé de déclarer lors d’une conférence de presse le 20 septembre, tentant manifestement de calmer le jeu dans un imbroglio immobilier l’impliquant lui et deux de ses ministres. « Le gouvernement est parfaitement uni depuis quatre ans », a-t-il ajouté sur la défensive après que son ministre des Finances John Tsang Chun-wah et la secrétaire d’État Carrie Lam Cheng Yuet-ngor ont clairement pris leurs distances d’un projet immobilier mené par le chef du gouvernement.

Au cœur de cette controverse, la décision très contestée de Leung Chun-ying de donner la priorité à un projet de construction de 4000 logements impliquant l’expulsion et le déplacement de trois communautés villageoises au lieu d’utiliser un autre terrain en friche et inexploité situé à Wang Chau (à Yuen Long dans les Nouveaux Territoires), où pourraient être construits 13 000 appartements. Le chef du gouvernement, s’interroge le South China Morning Post aurait-il subi des pressions des leaders ruraux locaux pour prendre une telle décision allant à l’encontre du bon sens ?

L’affaire se complique quand on sait que John Tsang qui a expliqué ne rien à voir avec le projet, plongeant Leung dans l’embarras et faisant la une des journaux, pourrait bien se retrouver opposé à lui lors des prochaines élections de mars 2017. Malgré le désaveu de ses ministres, Leung Chun-ying a insisté sur l’absence de dissension au sein de son gouvernement et promis qu’il s’expliquerait. Pour l’instant, il s’est contenté, pour justifier sa décision de ne pas opter pour le projet de Wang Chau, d’évoquer un projet à phases multiples…

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don