Revue de presse Birmanie - 15 septembre 2016

Birmanie : Obama d'accord pour lever les sanctions

Félicitant la Birmanie pour sa marche vers la démocratie, Barack Obama a accepté la levée des sanctions économiques qui pèsent sur le pays. Une décision critiquée par les associations de défense des droits de l'Homme. Copie d'écran du Myanmar Times, le 15 septembre 2016.
Félicitant la Birmanie pour sa marche vers la démocratie, Barack Obama a accepté la levée des sanctions économiques qui pèsent sur le pays. Une décision critiquée par les associations de défense des droits de l'Homme. Copie d'écran du Myanmar Times, le 15 septembre 2016.
Myanmar Times – Les sanctions américaines envers la Birmanie seront-elles bientôt levées ? Barack Obama a annoncé mercredi 14 septembre, lors de la visite d’Aung San Suu Kyi à Washington, qu’il acceptait de lever les sanctions économiques qui visent actuellement la Birmanie. Cette décision devrait prendre effet « bientôt », selon le président américain qui n’a pas donné de date précise. « C’est la bonne chose à faire pour récompenser la Birmanie sur sa nouvelle façon de faire du commerce. »

Mi-mai, les Etats-Unis avaient décidé de maintenir les sanctions tout en les modifiant. Ils avaient maintenu l’embargo sur les ventes d’armes, l’importation de rubis et de jade, mais réduit les restrictions dans les secteurs bancaire, minier et du bois. Sept entreprises d’Etat et trois banques nationales avaient été retirées de la liste noire. Une centaine de personnes y sont toujours inscrites, empêchant les Américains de conclure de contrats avec eux ou leur compagnie. Parmi eux, Asia World, plus gros conglomérat de Birmanie dirigé par l’homme d’affaires Steven Law et proche de l’ancienne junte militaire.

Dans le bureau ovale de Washington, Barack Obama a félicité la Birmanie pour « les progrès accomplis ». « C’est une jolie histoire à une période où tant de pays vont dans la mauvaise direction », a félicité le président américain. Obama par ailleurs annoncé que la Birmanie bénéficierait de nouveau de préférences tarifaires, suspendues pendant la dictature militaire. Ces dernières valorisent les exportations de la Birmanie vers les Etats-Unis.
Mais cette décision se heurte à de vives critiques de la part d’associations de défense des droits de l’homme. Selon Global Witness, la levée complète des tensions est un « retour en arrière dans les efforts pour lutter contre la corruption birmane et un environnement de travail abusif. » Et de déplorer : « Lever les sanctions avant que les réformes du gouvernement aient pu porter leurs fruits amènera les compagnies américaines à faire du commerce avec les pires personnes de ce pays. »

En Birmanie, certains membres issus des minorités ethniques s’opposent eux aussi à la levée de ces sanctions. Le 12 septembre dernier, l’alliance Kachin a adressée une lettre ouverte au président Obama demandant de maintenir sur la liste noire certaines personnes qui s’approprient les territoires où vivent ces minorités afin de profiter des ressources.