Revue de presse Chine - 13 septembre 2016

Chine : affrontements avec la police dans le "village rebelle" de Wukan

Les forces de l'ordre ont violemment interpelé 13 habitants de Wukan, trois mois après l'arrestation du chef de leur village "démocratiquement" élu. Copie d'écran du South China Morning Post, le 13 septembre 2016.
Les forces de l'ordre ont violemment interpelé 13 habitants de Wukan, trois mois après l'arrestation du chef de leur village "démocratiquement" élu. Copie d'écran du South China Morning Post, le 13 septembre 2016.
South China Morning Post – C’est un violent coup porté au symbole de la résistance démocratique en Chine. Wukan, un village de pêcheurs du Guangdong connu pour s’être soulevé contre la police et le gouvernement local en 2011 pour des affaires de corruption et d’expropriation, est désormais « entièrement contrôlé par les autorités ». Cela fait suite à l’arrestation violente de 13 villageois par la police anti-émeutes, à coups de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc. Les 300 à 400 agents envoyés dans la commune ont forcé la porte de leurs domiciles en pleine nuit. En cause d’après les autorités locales : l’organisation de « rassemblement de masse illégaux […] portant atteinte à l’ordre public », relate le South China Morning Post.

Des événements qui remontent à la mi-juin, lorsque la police a arrêté le chef de Wukan « démocratiquement » élu, Lin Zuluan – condamné la semaine dernière à 3 ans d’emprisonnement pour corruption, souligne le Straits Times. Au petit matin, les habitants ont tenté de résister à l’assaut en jetant des pierres contre les forces de l’ordre. Désormais, les connexions Internet sont coupées et un contrôle d’identité est nécessaire afin de pouvoir entrer ou sortir de la commune.