Revue de presse Pakistan - 12 septembre 2016

Pakistan : premier exercice militaire conjoint avec la Russie

C'est une première dans l'histoire des deux pays, traditionnels rivaux depuis la guerre froide. Copie d'écran de The Express Tribune, le 12 septembre 2016.
C'est une première dans l'histoire des deux pays, traditionnels rivaux depuis la guerre froide. Copie d'écran de The Express Tribune, le 12 septembre 2016.
The Express Tribune – C’est une première. Le Pakistan et la Russie effectueront leur premier exercice militaire conjoint de leur histoire d’ici la fin de l’année. Une annonce qui signe une nouvelle étape dans la coopération militaire entre les deux pays, traditionnellement rivaux depuis la Guerre froide. Au total, 200 militaires russes et 200 Pakistanais devraient prendre part à cet entraînement.

Voilà qui marque la rupture du Pakistan avec son allié traditionnel – les Etats-Unis. Islamabad a décidé d’ouvrir sa politique étrangère après que ses relations se sont détériorées avec Washington. En mai 2011, le raid secret de l’armée américaine au Pakistan, qui avait conduit à la mort d’Oussama Ben Laden – leader historique du groupe islamiste Al Qaeda – avait entraîné la mort de 24 soldats pakistanais le long de la frontière avec l’Afghanistan. Peu après cet épisode, le Parlement avait le projet de se rapprocher des Russes.

Ces quinze derniers mois, les dirigeants de l’armée de terre, de l’air et des forces navales pakistanaises ont effectué plusieurs voyages en Russie se concluant par l’achat par Islamabad de quatre hélicoptères MI-35 en août 2015. En acceptant ce marché, Moscou marque de son côté sa rupture avec New Delhi. Longtemps la Russie avait ainsi ignoré le Pakistan afin de maintenir ses relations avec l’Inde. Mais face à la coopération grandissante entre New Delhi et Washington ces derniers mois, Moscou a finalement accepter de se tourner vers Islamabad.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don