Revue de presse Inde - 9 septembre 2016

Inde : pour les nationalistes hindous, le Cachemire risque d'être le théâtre d'une guerre "par procuration" avec le Pakistan

Voilà plus de 60 jours que le Cachemire indien est en proie à des tensions après la mort d'un militant séparatiste abattu par les forces de l'ordre. Copie d'écran du Hindustan Times, le 9 septembre 2016.
Voilà plus de 60 jours que le Cachemire indien est en proie à des tensions après la mort d'un militant séparatiste abattu par les forces de l'ordre. Copie d'écran du Hindustan Times, le 9 septembre 2016.
The Hindustan Times – Alors que de légers signes d’apaisement semblaient pointer au Cachemire ces derniers temps, voilà que la situation se tend de nouveau. En cause : les déclarations du leader du Peoples Democratic Party, Muzaffar Hussain Baig, appelant Mehbooba Mufit, ministre-en-chef du Jammu-et-Cachemire – issue dudit parti, en coalition avec le parti nationaliste hindou (BJP) au pouvoir à New Delhi – à démissionner en raison de « l’incapacité du gouvernement central à maîtriser la situation ». Cela fait plus de 60 jours que la région est sous tension après la mort d’un militant séparatiste abattu par les forces de l’ordre.

La réaction du BJP ne s’est pas faite attendre : réaffirmant son soutien à Mehbooba Mufti, le porte-parole du parti nationaliste hindou a déclaré que le Jammu-et-Cachemire était le théâtre d’une « guerre par procuration » orchestrée par le Pakistan, et que cette situation ne pouvait être gérée que « stratégiquement ». Parallèlement, le couvre-feu a été réimposé dans la quasi-totalité du Cachemire indien ce vendredi 9 septembre afin d’éviter tout débordement à l’issue des prières du vendredi, informe The Indian Express. Les séparatistes cachemiris ont appelé à la fermeture des banques, des magasins et des stations essence jusqu’au 16 septembre.

Tags de l'article