Revue de presse Corée du Nord - 7 septembre 2016

Corée du Nord : l'AFP ouvre son bureau à Pyongyang

L'AFP ouvre ses portes à Pyongyang et rejoint ainsi le club fermé des agences de presse étrangère installées dans le pays. Copie d'écran du Bangkok Post, le 7 septembre 2016
L'AFP ouvre ses portes à Pyongyang et rejoint ainsi le club fermé des agences de presse étrangère installées dans le pays. Copie d'écran du Bangkok Post, le 7 septembre 2016
NK News – La Corée du Nord de moins en moins secrète… On le savait depuis janvier dernier, l’Agence France-Presse (AFP) s’installe à Pyongyang. Dans une cérémonie officielle menée par Emmanuel Hoog, le président de l’AFP, les nouveaux bureaux de l’agence de presse française ont été inaugurés, lundi 5 septembre dans la capitale nord-coréenne. Interrogé par le site d’information en ligne, NK News, Marc Lavine, rédacteur en chef de l’AFP pour la zone Asie-Pacifique, a précisé qu’un cameraman et un photographe de l’agence de presse nord-coréenne KCNA employés localement, travailleraient main dans la main avec les correspondants de l’AFP envoyés sur place. Un fonctionnement déjà éprouvé avec les autres agences de presse étrangères installées en Corée du Nord : notamment l’agence chinoise Xinhua, japonaise Kyodo News et russe Ria Novosti.

À ce stade, note NK News, on ne sait pas comment l’agence France-Presse s’accommodera des limitations imposées à son travail dans le pays, ou quelles concessions ont pu être faites pour parvenir à cet accord. En 2012, l’agence de presse américaine Associated Press (AP) avait été la cible de virulentes critiques pour avoir accepté de diffuser sous son nom des vidéos de propagande du régime.
Autant de potentielles critiques d’emblée balayées par Emmanuel Hoog qui, après s’être réjoui dans une interview au Bangkok Post de l’ouverture de ce bureau à Pyongyang qui « comble une lacune importante parmi les 200 antennes de l’AFP réparties dans 150 pays de la planète »a rappelé les valeurs fondamentales de l’AFP : « Liberté d’expression et d’information ».

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don