Revue de presse Chine - 30 Août 2016

Chine : 1 mort dans un attentat suicide contre l'ambassade chinoise au Kirghizistan

Copie d'écran du China Daily, le 30 août 2016
Un attentat a eu lieu aujourd'hui devant l'ambassade chinoise au Kirghizistan, faisant 3 blessés. Copie d'écran du China Daily, le 30 août 2016.
China Daily – Ce n’est pas une première pour la Chine au Kirghizistan. A Pékin, le ministre de la Santé a annoncé ce mardi 30 août l’explosion d’une voiture près de l’ambassade chinoise à Bichkek, la capitale kirghize, tuant son conducteur et blessant 3 membres de l’ambassade. Il s’agit, selon un haut responsable de la sécurité kirghize, d’un attentat-suicide à la voiture piégée. Le conducteur serait mort après avoir tenté d’enfoncer la porte de l’ambassade, faisant exploser son véhicule. Les victimes sont, selon un membre du personnel de l’ambassade, une jardinière et deux gardes kirghizes.
Aucune organisation n’a pour l’instant revendiqué l’attentat. La minorité ethnique ouïgoure pourrait cependant être suspectée selon The Guardian. Les tensions ont monté un cran au Xinjiang depuis au moins 2009 et les émeutes interethniques d’Urumqi. Le nombre d’attentats commis par des Ouïghours protestant contre la répression religieuse et les discriminations sociales, a grimpé sensiblement. Depuis 2014 et l’explosion d’une bombe dans un marché d’Urumqi, Pékin a lancé une « guerre du peuple contre la terreur » au Xinjiang, qui a fait des dizaines de morts et mené à des milliers d’arrestations.
Le Kirghizistan est l’un des pays frontaliers qui subit le contre-coup de cette violence au Xinjiang. En 2002, un diplomate chinois était tué dans le pays par un groupe supposé en connection avec les séparatistes du Mouvement islamique du Turkestan oriental (aujourd’hui connu sous le nom de Parti islamique du Turkestan). En 2014, 11 hommes d’ethnie ouïghoure également suspect de liens avec les indépendantistes ont été abattus au Kirghizistan après avoir franchi illégalement la frontière avec la Chine.
La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a condamné au nom de son pays l’attaque de ce mardi 30 août, la qualifiant « d’extrême et violente ». La Chine est selon elle « profondément choquée » par l’incident. Elle a également pressé les autorités kirhizes de « faire la lumière sur l’incident », rapporte le Straits Times. Selon le vice-Premier ministre kirghize, Jenish Razakov, cité par le South China Morning Post, l’identité de l’attaquant est en train d’être établie. Un secrétariat de l’ambassade a également indiqué que plusieurs proches du personnel avaient été aussi blessés, rapporte CCTV. Le nombre total de victimes reste donc incertain.
Tags de l'article