Revue de presse Pakistan- 23 Août 2016

Pakistan : le parti libéral et laïque MQM sous les foudres du pouvoir après les déclarations de son chef

Copie d'écran de Dawn, le 23 août 2016.
Le leader du MQM, Altaf Hussain, a qualifié le Pakistan de "cancer du monde". Copie d'écran de Dawn, le 23 août 2016.
Dawn – Le chef du parti Muttahida Qaumi Movement (Mouvement national uni, MQM) rétropédale et s’excuse. Altaf Hussain, basé à Londres, s’était attiré les foudres des autorités pakistanaises hier lundi 22 août après avoir livré par téléphone un discours incendiaire devant des militants rassemblés au pied du Karachi Press Center. Il avait alors non seulement accusé le gouvernement d’Islamabad d’opérer des « disparitions forcées » et des « arrestations extrajudiciaires » de sympathisants de son parti, mais aussi qualifié le Pakistan de « migraine » et de « cancer » pour le monde entier, estimant qu’il représente « l’épicentre international du terrorisme », rapporte Dawn. D’après le quotidien pakistanais, le chef du MQM a également enjoint les manifestants à s’en prendre aux médias ARY et Samaa, puis au siège du gouvernement du Sindh et des forces paramilitaires stationnées à Karachi.
Les bureaux d’ARY et de Samaa ont bien été attaqués par des individus scandant des slogans « pro-MQM », mais Altaf Hussain a nié ce mardi 23 août qu’il s’agissait de membres de son parti. D’après lui, il s’agit de personnes « envoyées dans un but précis », sans livrer plus de détails. Les affrontements ont fait au moins une victime et douze blessés. Le chef du MQM a exprimé ses regrets sur Twitter : « Du plus profond de mon coeur, j’implore le pardon pour mes remarques à l’égard du Pakistan. […] Je promets au peuple pakistanais, à l’establishment, à l’armée, aux renseignements, et aux plus hautes autorités que je n’emploierai plus jamais de tels termes. » Il a expliqué ses propos par « une forte pression psychologique ». Altaf Hussain a également imploré le gouvernement central d’arrêter « de prendre des mesures anti-MQM », ce qui risquerait de « le couper de la scène nationale ».
Car les autorités ont vivement réagi aux incidents. Les rangers du Sindh ont mené des actions contre le MQM dans la nuit d’hier lundi 22 août à aujourd’hui, rapporte toujours Dawn. Ils ont notamment investi et fermé le QG du parti à Karachi, où ils ont déclaré avoir retrouvé des armes. Plusieurs leaders du MQM ont été placés en garde à vue, dont Farooq Sattar, Khawaja Izharul Hasan et Amir Liaquat. Le site Internet du parti a également été suspendu à la suite du raid.
Tags de l'article