Revue de presse Chine - 10 août 2016

Chine : suspension d'un projet nucléaire d'Areva après 3 jours de manifestations

Les autorités chinoises suspendent la construction d'une nouvelle usine de traitement de déchets nucléaires suite à la manifestation pendant 3 jours de milliers de citoyens. Copie d'écran du South China Morning Post, le 10 août 2016.
Les autorités chinoises suspendent la construction d'une nouvelle usine de traitement de déchets nucléaires suite à la manifestation pendant 3 jours de milliers de citoyens. Copie d'écran du South China Morning Post, le 10 août 2016.
South China Morning Post – Coup d’arrêt. A Lianyugang, dans la riche province côtière du Jiangsu, le gouvernement local a cédé à la colère des habitants. Hier mardi 9 août, les autorités ont décidé de suspendre le projet de construction d’une nouvelle usine de traitement de déchets nucléaires. Des manifestations avaient en effet éclaté samedi dernier et regroupaient depuis 3 jours des milliers de manifestants dans les rues de la ville. Ils protestaient à la fois contre les risques potentiels de radiation et contre le manque de transparence du processus de décision du projet nucléaire.

L’ampleur des rassemblements fut telle que le gouvernement a dû mobiliser la police en début de semaine pour protéger ses bureaux des manifestants. Selon les médias chinois, une dizaine d’entre eux ont été arrêtés ce lundi 8 août pour avoir lancé des pierres. La police de Lianyungang a annoncé hier mardi 9 août l’interdiction des regroupements publics.

Ce projet nucléaire a été mis au point par la China National Nuclear Corporation en collaboration avec Areva qui devait fournir la technologie. La construction devait commencer en 2020 et être achevée vers 2030. Le site n’avait pas encore été décidé. A noter que la Chine est le constructeur nucléaire le plus actif du monde avec 32 réacteurs en activité, 22 en construction et encore davantage en projet.