Revue de presse Pakistan - 1er août 2016

Pakistan : manifestations contre la présence chinoise en Azad-Cachemire et au Gilgit-Baltistan

Le peuple descend dans la rue au Gilgit-Baltistan pour protester contre la présence chinoise. D'autres mouvements ont été signalé au Cachemire. Copie d'écran de The Indian Express, le 1er août 2016.
Le peuple descend dans la rue au Gilgit-Baltistan pour protester contre la présence chinoise. D'autres mouvements ont été signalé au Cachemire. Copie d'écran de The Indian Express, le 1er août 2016.
The Indian Express – Les Cahemiris pakistanais descendent dans la rue. Les habitants de Gilgit, dans la région du Gilgit-Baltistan, manifestent contre la présence chinoise. D’autres mouvements ont été signalés dans l’Azad-Cachemire, dans la vallée du Neelum. En cause : le développement du corridor économique Chine-Pakistan (CPEC), qui doit relier les deux Etats par un nouveau réseau autoroutier, ferroviaire et de pipelines. Mais ce n’est pas du goût des populations locales, qui accusent Pékin et Islamabad d’avoir établi leur feuille de route « sans les avoir consultées ». De ce fait, les Cachemiris craignent que le CPEC ne se développe sans leur région, voire à son détriment. Par exemple, aucune des 60 zones économiques spéciales prévue dans le projet ne sera implantée au Cachemire pakistanais, note le Times of India. Néanmoins, pour permettre la construction des axes ferroviaires et autoroutiers, les autorités pakistanaises sont accusées de saisir les terres ancestrales des Cachemiris.

Ces manifestations font également suite à celles contre « les élections truquées qui ont eu lieu le 21 juillet, rapporte The Indian Express. Les manifestants ont brulé des drapeaux pakistanais et ont affronté la police. » Le parti du Premier ministre Nawaz Sharif avait remporté 31 des 41 sièges. Comme le rappelle le journal, l’année dernière en juillet, l’Inde s’inquiétait des élections pakistanaises au Gilgit-Baltistan. Le pays y voit « un camouflage de l’occupation illégale [du Pakistan] dans la région » (voir notre revue de presse du 29 juillet).

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don