Revue de presse Birmanie - 1er août 2016

Birmanie : le sommet de Mai Ja Yang s'achève sans lever les incertitudes sur Panglong

Les groupes ethniques armés participeront à la conférence de Panglong si et seulement si l'ensemble d'entre eux y sont invités. Copie d'écran du Myanmar Times, le 1er août 2016.
Les groupes ethniques armés participeront à la conférence de Panglong si et seulement si l'ensemble d'entre eux y sont invités. Copie d'écran du Myanmar Times, le 1er août 2016.
Myanmar Times – Les efforts se multiplient et pourtant, l’incertitude plane toujours autour de la nouvelle conférence de Panglong. En témoigne le sommet de Mai Ja Yang, qui s’est achevé ce lundi 1er août sur « une note ambivalente », selon le Myanmar Times. Les groupes ethniques armés réunis lors de ce sommet, dans l’Etat Kachin, ont indiqué qu’ils se présenteraient à ladite conférence sur l’unité nationale uniquement si cette dernière incluait l’ensemble des groupes ethniques armés du pays. Deux incertitudes pèsent cependant sur l’inclusivité de la conférence de Panglong : le gouvernement enverra-t-il des invitations à tous les groupes armés ? Et ces derniers y répondront-ils tous favorablement ? Outre la National Democratic Alliance Army et l’United Wa State Army, qui n’ont pu assister au sommet de Mai Ja Yang pour cause d’entretien avec le gouvernement central, les soupçons pèsent sur la participation de la Myanmar National Democratic Alliance Army et la Ta’ang National Liberation Army…

Quoi qu’il en soit, les groupes présents au sommet de Mai Ja Yang ont formulé plusieurs requêtes sur l’avenir de la Birmanie, en vertu de leur conception de l’unité nationale. Ils souhaitent notamment que le pays prenne la forme d’une véritable union fédérale, et que l’armée (le Tatmadaw) soit placée sous « contôle civil ». L’ensemble de ces recommandations sont recensées dans un document de consensus intitulé « Références aux principes de Panglong », note le Myanmar Times.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don