Revue de presse Chine - 29 juillet 2016

Chine / Russie : futurs exercices militaires conjoints en mer de Chine

C'est la première fois que la Chine et la Russie organiseront de tels exercices en mer de Chine. Copie d'écran du Wall Street Journal, le 29 juillet 2016.
C'est la première fois que la Chine et la Russie organiseront de tels exercices en mer de Chine. Copie d'écran du Wall Street Journal, le 29 juillet 2016.
Wall Street Journal – C’est aussi en mer de Chine que se joue le rapprochement entre Pékin et Moscou. Lors d’une conférence de presse tenue ce vendredi 29 juillet, le porte-parole du ministère chinois de la Défense, le colonel Yang Yujun, a annoncé que la Chine et la Russie organiseraient des exercices militaires conjoints dans la zone au mois de septembre. Des exercices qui relèvent de la « routine » et qui ne « visent aucun Etat tiers », a-t-il expliqué sans livrer plus d’informations. Difficile pourtant de ne pas y voir une réponse au verdict de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye. Le 12 juillet dernier, l’instance juridique avait tranché en défaveur de la Chine dans les conflits de souveraineté qui l’opposent aux Philippines en mer de Chine du Sud. C’est la première fois que des exercices militaires se dérouleront dans la région à la suite du verdict de la Cour – et la première fois que Russie et Chine opèreront des manoeuvres conjointes en mer de Chine, note le Wall Street Journal. Cela fait plusieurs années que Moscou et Pékin développent leurs relations en matière de défense, partageant « le même objectif de réduire la pression des Etats-Unis et de leurs alliés sur leurs activités militaires », commente le quotidien américain. Pourtant, la Russie entretient des « relations étroites » en matière de défense avec le Vietnam, l’un des principaux adversaires de la Chine – avec les Philippines – en mer de Chine du Sud.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don