Revue de presse Cambodge - 28 juillet 2016

Cambodge : l'opposant Sam Rainsy déclaré coupable de diffamation

L'opposant politique Sam Rainsy a été condamné à verser deux amendes pour diffamation. Le procès qui a duré une heure s'est déroulé sans la présence de Rainsy, qui vit en France. Copie d'écran du Phnom Penh Post, le 28 juillet 2016.
L'opposant politique Sam Rainsy a été condamné à verser deux amendes pour diffamation. Le procès qui a duré une heure s'est déroulé sans la présence de Rainsy, qui vit en France. Copie d'écran du Phnom Penh Post, le 28 juillet 2016.
The Phnom Penh Post – Pas de répit pour l’opposition cambodgienne toujours en ligne de mire. Ce jeudi 28 juillet, Sam Rainsy, leader du Parti national du sauvetage du Cambodge, a été déclaré coupable de diffamation envers le président de l’Assemblée nationale, Heng Samrin. Le procès, qui n’a pas duré plus d’une heure, concernait un message Facebook posté par le leader du principal parti d’opposition en novembre dernier, dans lequel il affirmait que le gouvernement de Heng Samrin de 1979 avait qualifié feu le roi Norodom Sihanouk de traître et l’avait condamné à mort à l’issue d’un simulacre de procès. Rainsy, qui vit en France dans un exil auto-imposé depuis novembre, n’a pas envoyé de représentant au procès. Il a été condamné à verser 150 millions de riels (environ 33 000 euros) à Samrin et 10 millions de riels (environ 2 000 euros) à l’État. Un verdict qui a du mal à passer pour la partie plaignante, pour qui le montant n’est pas à la hauteur du crime de Rainsy. Heng Samrin pourrait alors faire appel.

Rainsy doit également faire face à un mandat d’arrêt, rapporte le Phnom Penh Post, dans une autre affaire de diffamation envers le vice-Premier ministre Hor Namhong.