Revue de presse Chine - 25 juillet 2016

Chine : fermeture de sites d'information ayant traité des "sujets sensibles"

Les autorités chinoises ont fermé plusieurs sites d'information pour avoir enquêté sur des "sujets sensibles". Copie d'écran du Straits Times, le 25 juillet 2016.
Les autorités chinoises ont fermé plusieurs sites d'information pour avoir enquêté sur des "sujets sensibles". Copie d'écran du Straits Times, le 25 juillet 2016.
The Straits Times – La censure bat toujours son plein en Chine. Ce lundi 25 juillet, le quotidien singapourien The Straits Times rapporte que plusieurs sites d’information chinois ont été fermés pour avoir publié « de manière indépendante » des articles traitant de « sujets sensibles ». Parmi les sites cités, on retrouve certains portails des médias en langue chinoise : Sina, Sohu, Netease ou encore iFeng. « Vivement critiqués » pour des « quantités importantes d’activités violant les lois et les régulations », ils ont également dû clôturer leurs comptes sur les réseaux sociaux et devront payer des amendes, dont le montant n’a pas été communiqué. Les autorités chinoises leur reprochent d’avoir publié des reportages et des articles dont les sources n’étaient pas officielles. En Chine, les médias appartenant à des entreprises privées ont l’autorisation de ne couvrir que les évènements sportifs et culturels. Pour traiter de sujets politiques, seuls des communiqués et reportages des médias contrôlés par l’Etat sont autorisés.

Le contrôle de l’information s’est renforcé depuis l’arrivée au pouvoir du Président Xi Jinping en 2013. En février dernier, il a appelé les médias à se concentrer sur « l’information positive » et à « diffuser la volonté du parti en protégeant son autorité et son unité ». Au cours du second trimestre de 2016, le gouvernement a fermé ou retiré les licences de 1475 sites Internet.