Revue de presse Vietnam - 18 juillet 2016

Le Vietnam refuse de tamponner les passeports chinois portant la "ligne en neuf traits"

Les douanes vietnamiennes refusent désormais de tamponner les nouveaux passeports chinois, dont l'une des pages intérieures porte la "ligne en neuf traits". Copie d'écran de Inquirer, le 18 juillet 2016.
Les douanes vietnamiennes refusent désormais de tamponner les nouveaux passeports chinois, dont l'une des pages intérieures porte la "ligne en neuf traits". Copie d'écran de Inquirer, le 18 juillet 2016.
Inquirer – Le verdict de La Haye galvanise les autorités vietnamiennes. D’après le groupe Tuoi Tre News, les douanes du pays refusent désormais de tamponner les nouveaux passeports des ressortissants chinois, dont l’une des pages intérieures présente une carte de la Chine portant la fameuse « ligne en neuf traits » – démarcation englobant la quasi totalité de la mer de Chine méridionale, sur laquelle Pékin revendique sa souveraineté. Or la Cour permanente d’arbitrage de La Haye a porté un coup aux revendications chinoises, estimant que les droits historiques de Pékin dans la région sont désormais « éteints ». Une nouvelle accueillie chaleureusement par les autorités de Hanoï, en prise à un conflit de souveraineté avec la Chine dans les îles Paracels et Spratleys.

Les douanes vietnamiennes procurent désormais un « visa séparé » aux ressortissants chinois porteurs dudit passeport. « Cela permet aux autorités [nationales] de ne pas tamponner directement le document, et donc de souligner la réticence de Hanoï à reconnaître la « ligne en neuf traits » sous quelque forme que ce soit », explique le vice-président du Conseil populaire de la province de Quang Ninh (au nord du pays). Certains douaniers ont même confisqué à des touristes chinois plusieurs cartes de leur pays d’origine faisant figurer la « ligne en neuf traits », rapporte The Inquirer.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don