Revue de presse Asie - 15 juillet 2016

L'ombre de l'attentat de Nice plane sur le sommet Asie-Europe

Après l'attentat de Nice, la coopération en matière de lutte antiterroriste prendra une place de choix dans les discussions du sommet Asie-Europe. Copie d'écran de Channel News Asia, le 15 juillet 2016.
Après l'attentat de Nice, la coopération en matière de lutte antiterroriste prendra une place de choix dans les discussions du sommet Asie-Europe. Copie d'écran de Channel News Asia, le 15 juillet 2016.
Channel News Asia – Une minute de silence. C’est ainsi que s’est ouvert le 11e sommet bisannuel Asie-Europe, organisé cette année en Mongolie, à Oulan Bator. L’attentat de Nice est venu chambouler le planning de la rencontre multilatérale, explique Channel News Asia. Certes, la coopération en matière de lutte anti-terroriste devait être soulevée – mais la tragédie d’hier jeudi 14 juillet lui accorde une résonnance toute particulière… Ce qui fait de l’ombre aux conflits de souveraineté en mer de Chine, trois jours après le verdict de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye, ce mardi 12 juillet.

Les chefs d’Etat et de gouvernement asiatiques se sont ainsi succédé en marge du sommet pour exprimer leurs condoléances. Parmi eux, le premier ministre nippon Shinzo Abe a dénoncé « la lâcheté du terrorisme qui, parce qu’il touche des personnes innocentes, est inexcusable ». La présidente sud-coréenne Park Geun-hye a également qualifié l’attentat de Nice d’acte « de haine », rapporte l’agence de presse Yonhap. Le premier ministre chinois Li Keqiang a quant à lui condamné « le terrorisme sous toutes ses formes », d’après des propos rapportés par l’agence de presse officielle Xinhua.

Hors du sommet Asie-Europe, le Premier ministre indien Narendra Modi, son homologue pakistanais Nawaz Sharif, le vice-président malaisien Ahmad Zahid Hamidi ainsi que le gouvernement indonésien, entre autres, ont exprimé leur solidarité et leur soutien à la France.