Revue de presse Birmanie - 6 juillet 2016

Birmanie : le gouvernement défend les lois controversées sur la race et la religion

La Birmanie défend ses lois jugées discriminatoires envers les Rohingya et les femmes. Copie d'écran du Myanmar Times, le 6 juillet 2016.
La Birmanie défend ses lois jugées discriminatoires envers les Rohingya et les femmes. Copie d'écran du Myanmar Times, le 6 juillet 2016.
Myanmar Times – La Birmanie est une fois de plus sous le feu des critiques. Jeudi 8 juillet, une délégation de représentants du gouvernement défendra un ensemble de quatre lois controversées pour « la protection de la race et de la religion » lors d’une réunion sur la discrimination à l’égard des femmes des Nations unies à Genève. Ces lois, qui interdisent aux femmes birmanes de se marier en dehors de leur religion, contrôlent les conversions et permettent au gouvernement de limiter les naissances, sont accusées d’être discriminatoires non seulement à l’encontre de la communauté musulmane du pays (notamment les Rohingya), mais aussi des femmes.

La Birmanie, qui a ratifié la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF) en 1997, assure pourtant, au contraire, que ces lois introduites en 2015 par le gouvernement de Thein Sein les protègent. Soe Kyi, directeur général du département de la Protection sociale, a confirmé au Myanmar Times que le gouvernement n’avait « pas le projet » d’abroger ces lois, très critiquées par de nombreux groupes de défense des droits des femmes : « Elles ne pouvaient forcément pas plaire à tout le monde. Il y aura toujours des gens pour ne pas apprécier une loi. »