Revue de presse Pakistan - 29 juin 2016

Le Pakistan envoie une équipe en Chine pour vérifier l'interdiction de jeûner pendant le Ramadan au Xinjiang

Une délégation pakistanaise officiellement invitée par Pékin a quitté Islamabad, mardi 28 juin. L'objectif : enquêter sur des accusations de répressions religieuses à l'encontre de la minorité musulmane ouighoure, relayée par les médias. Copie d'écran de The Express Tribune, le 29 juin 2016.
Une délégation pakistanaise officiellement invitée par Pékin a quitté Islamabad, mardi 28 juin. L'objectif : enquêter sur des accusations de répressions religieuses à l'encontre de la minorité musulmane ouighoure, relayée par les médias. Copie d'écran de The Express Tribune, le 29 juin 2016.
The Express Tribune – Un événement rarissime. Mardi 28 juin, une délégation du ministère des Affaires religieuses a quitté le Pakistan pour la Chine. Dans quel but ? Vérifier si les autorités chinoises ont interdit le jeûne du Ramadan au Xinjiang, province des Ouïhgours, ethnie musulmane de langue turque. Des accusations dont se défend Pékin, qui rappelle que la Constitution chinoise garantit la liberté de culte.

Habituellement, la Chine refuse toute enquête indépendante sur la répression religieuse au Xinjiang. Un moyen pour Pékin de soigner son image auprès d’Islamabad ? En effet, les deux Etats sont engagés dans le développement du corridor de Gwadar, sur lequel les autorités chinoises comptent énormément, notamment pour faciliter les importations de pétrole pour la Chine.

Pour tenter d’améliorer son image internationale, le gouvernement de Pékin a officiellement invité le Pakistan à effectuer une « expertise indépendante », rapporte The Express Tribune. La délégation pakistanaise passera ainsi 4 jours au Xinjiang. Ses membres rencontreront la population ainsi que certains religieux de différentes mosquées, afin de vérifier si les autorités chinoises ont interdit la pratique du Ramadan aux fonctionnaires, étudiants et enfants de la région.

La Chine compte 20 millions de musulmans, et la province de Xinjiang habrite près de 10 millions de Ouïghours de confession musulmane. Le Parti communiste chinois a interdit la pratique du Ramadan depuis des années, s’attirant les foudres des groupes de défense des droits de l’homme, rappelle The Express Tribune. Pour le quotidien, l’interdiction s’est répétée encore en 2016. « Les établissements de restauration ouvriront aux horaires habituels pendant le Ramadan, » disait une note postée en juin sur le site internet du service Food and Drug Administration du district Xian de Jinghe.

D’après les associations de défense des droits des Ouïghours, les restrictions imposées par les autorités chinoises ne font qu’aggraver les tensions ethniques dans la région, où des affrontements ont déjà entraîné des centaines de victimes depuis les émeutes inter-ethniques de juillet 2009.