Revue de presse Cambodge - 28 juin 2016

Cambodge : Douch, l'ancien chef khmer rouge, se livre

L'ancien responsable de la prison S-21 témoigne sur les crimes commis par les Khmers rouges. Copie d'écran du Cambodia Daily, le 28 juin 2016.
L'ancien responsable de la prison S-21 témoigne sur les crimes commis par les Khmers rouges. Copie d'écran du Cambodia Daily, le 28 juin 2016.
Cambodia Daily – La langue de Kang Kek Leu, dit Douch, se délie. L’ancien Khmer rouge, déjà condamné à la prison à perpétuité pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, est entendu par un tribunal pour témoigner sur l’action des Khmers rouges. Douch a ainsi énuméré les atrocités commises au camp de S-21, dont il était en charge. 15 000 personnes y auraient été tuées, selon le Cambodia Daily. L’ancien dirigeant a également « pointé du doigt » Nuon Chea, le numéro 2 du régime : « Je suis surpris par le déni d’Oncle Nuon » qui a toujours clamé qu’il « n’était pas responsable » des crimes de S-21.

Douch, lui, accuse directement le « Frère numéro 2 » d’avoir ordonné de « brûler jusqu’aux cendres » quatre Occidentaux. Le chef de prison a également indiqué qu’il ne « faisait que suivre » les ordres de Nuon Chea, et s’étonne des propos de Khieu Samphan, l’ancien chef de l’Etat du Kampuchea démocratique (le nom donné au Cambodge par les Khmers rouges), qui affirmait que la tête de l’Etat n’était pas au courant des purges.

Mais les révélations de Douch n’apportent rien de nouveau sur les crimes commis par le régime, affirme Craig Etcheson, qui a mené l’enquête pour le tribunal. L’ancien chef de prison aura tout de même été « coopératif » avouant les « crimes odieux » et présentant des excuses, rapporte le Cambodia Daily.

Les Khmers rouges ont dirigé le Cambodge de 1975 à 1979, instaurant une dictature faisant plus de 1,7 million de victimes, soit presque un quart de la population cambodgienne.