Revue de presse Asie du Sud-Est - 24 juin 2016

Le Brexit, une leçon pour l'ASEAN

Quelles leçons l'ASEAN peut-elle tirer du Brexit ? Copie d'écran du Straits Times, le 24 juin 2016.
Quelles leçons l'ASEAN peut-elle tirer du Brexit ? Copie d'écran du Straits Times, le 24 juin 2016.
Straits Times – Certes, l’ASEAN n’a pas grand-chose à voir avec l’Union Européenne. Mais cela n’empêche pas la première d’analyser les actions de la seconde, pour en tirer ses propres leçons. Et le Brexit en fait partie. Le rédacteur en chef adjoint du Straits Times, Ravi Velloor, prend ainsi la parole dans son propre quotidien. « Les Asiatiques doivent se tenir main dans la main » pour éviter de tomber dans « leurs bas instincts », commente-t-il. Les instincts « révélés par les combats menés autour du Brexit » : le « nationalisme », la « xénophobie », l’« isolationnisme » et la « violence ».

Mais Ravi Velloor a confiance en l’ASEAN et en ses Etats-membres. Car selon lui, ce sont les travers du modèle d’intégration européen, plus rapide et plus poussé que celui du Sud-Est asiatique, qui viennent d’être mis à jour. « Tant que la mondialisation ne concerne que l’échange de biens et de produits – personne ne s’en plaint, sous réserve qu’aucune partie ne soit trop favorisée par rapport aux autres. Mais à partir du moment où le commerce des services et la libre circulation de la main-d’oeuvre entrent en jeu, le malaise s’installe », explique le rédacteur en chef adjoint. « Nous en avons certainement déjà conscience en Asie du Sud-Est, poursuit-il. Les choses ne peuvent pas aller trop vite. » En atteste le changement de discours sur la Communauté économique de l’ASEAN : « Il n’y a pas si longtemps, il s’agissait de développer un marché unique. Désormais, nous sommes absolument satisfaits avec des formulations moins ambitieuses, telles que favoriser une meilleure intégration économique régionale. » L’élève dépasserait-il le maître ?

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don