Revue de presse Hong Kong - 20 juin 2016

Hong Kong : l'un des libraires disparus avoue avoir pensé au suicide

Le libraire Lam Wing-kee, détenu en Chine pendant 8 mois, continue de livrer sa version des faits. Copie d'écran du South China Morning Post, le 20 juin 2016.
Le libraire Lam Wing-kee, détenu en Chine pendant 8 mois, continue de livrer sa version des faits. Copie d'écran du South China Morning Post, le 20 juin 2016.
South China Morning Post – Les révélations de Lam Wing-kee continuent de tomber. Ce libraire hongkongais, disparu « dans de mystérieuses circonstances » au mois d’octobre, avait déjà déclaré jeudi 16 juin qu’il avait été enlevé par les autorités continentales, à la frontière avec Shenzhen (voir notre revue de presse du 17 juin). Hier dimanche 19 juin, il a livré plus de détails sur ses cinq premiers mois de détention à Ningbo (près de Shanghai), durant lesquels il déclare avoir songé au suicide en raison de l’isolement. « La détention rend fou, explique Lam Wing-kee, j’ai pensé à me pendre avec mes vêtements, mais il n’y avait pas de pilier [pour les accrocher]. » A la suite de son transfert à Shaoguan (Guangdong), le libraire affirme avoir reçu un « meilleur traitement » avant d’être libéré trois mois plus tard.

Ces propos ont suscité l’indignation d’autres libraires hongkongais détenus en Chine puis libérés, et de la petite amie de Lam qui vit sur le continent. Les premiers ont entre autres nié avoir eu à lire un discours préparé par les autorités lors de leurs excuses télévisées. La seconde a déclaré que Lam « n’était pas un homme » et qu’il avait « complètement ruiné l’image des hommes hongkongais ». Elle n’aurait pas eu connaissance de la nature des livres qu’elle aidait Lam à exporter sur le continent, affirme le South China Morning Post – ce que le libraire n’a pas démenti.

Les révélations de Lam Wing-kee ont par ailleurs conduit des milliers de Hongkongais dans la rue ce week-end, craignant pour l’autonomie de leur territoire. L’ampleur de ces accusations a incité le chef de l’exécutif de la région administrative spéciale, Leung Chun-ying, à tenir une conférence de presse ce lundi 20 juin, rapporte Bloomberg. Leung a ainsi indiqué qu’une lettre serait envoyée aux autorités centrales. Objectif : exprimer les inquiétudes des Hongkongais et obtenir la réforme du « système de notifications pénales » entre Hong Kong et Pékin. La Chine a en effet mis des mois à livrer des informations sur les libraires, malgré les appels répétés de la police hongkongaise.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don