Revue de presse Bangladesh - 15 juin 2016

Bangladesh : 3 000 arrestations dans une descente contre les milieux islamistes

Les autorités semblent vouloir prendre le problème terroriste à bras le corps. Copie d'écran du Times of India, le 15 juin 2016.
Les autorités semblent vouloir prendre le problème terroriste à bras le corps. Copie d'écran du Times of India, le 15 juin 2016.
Bdnews24« Les leaders mondiaux prennent conscience des politiques de tolérance zéro mises en place par le Bangladesh contre le terrorisme et le militantisme. » Devant le parlement de Dacca, Sheikh Hassina, la Premier ministre bangladaise, s’est ainsi félicitée de l’arrestation de 3 000 personnes samedi 11 juin, parmi lesquels 37 militants islamistes, en réaction aux assassinats en série que connaît le pays.

Le Times of India indique que 27 d’entre eux appartiennent au mouvement islamiste Jamayetul Mujahideen au Bangadesh (JMB). La Premier ministre s’est directement attaquée à l’organisation : « Le Bangladesh est un petit pays, aucun ne s’en sortira, ce ne sera pas difficile de les trouver. Nous les présenterons devant la justice. » Elle a aussi appelé le peuple à faire acte de citoyenneté : « S’il vous plait, ne soyez pas spectateur quand une personne se fait attaquer. Essayez de résister et d’attraper ces criminels. La police et le gouvernement seront à vos côtés. »

Cette répression fait suite aux nombreuses attaques qui se sont déroulées dans le pays ces dernières semaines. Les cibles étaient notamment des activistes ainsi que les minorités religieuses. Certaines attaques ont été revendiquées par Al-Qaïda dans la péninsule indienne alors même que les autorités de Dacca ont nié sa présence sur le sol bangladais. Vendredi 10 juin, un travailleur hindou d’un ashram était tué à la machette, quelques jours après la mort d’un prêtre hindou lui aussi. Deux attaques revendiquées par l’EI. Depuis l’année dernière, les attaques ont fait plus de 30 morts, montrant l’incapacité du pays à prévenir ces attentats, souligne The Times of India. Mais le Parti nationaliste du Bangladesh (BNP) craint une instrumentalisation de ces crimes, accusant le gouvernement de se servir des arrestations pour s’attaquer à des opposants politiques.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don