Revue de presse Népal - 27 mai 2016

Népal : l'économie souffre

Fragilisée par le séisme de 2015, l'économie népalaise subit aussi les conséquences d'une situation politique tendue. Copie d'écran du “Kathmandu Post”, le 27 mai 2016.
Fragilisée par le séisme de 2015, l'économie népalaise subit aussi les conséquences d'une situation politique tendue. Copie d'écran du “Kathmandu Post”, le 27 mai 2016.
Katmandu Post – – Difficultés économiques au Népal. Moins de nouvelles entreprises (219 contre 462 l’an dernier et un total d’investissement trois fois inférieur) et des investissements étrangers directs qui baissent, une situation tendue dans la région du Teraï, provoquée par un embargo commercial officieux. Le secteur privé du Népal se souviendra des années 2015/2016 comme de la pire période pour son économie.

Depuis le tremblement de terre en avril 2015, le Népal doit faire face à de nouveaux défis. Des querelles politiques sur la nouvelle Constitution, un blocus officieux de l’Inde concernant le secteur manufacturier ou encore des usines qui luttent dans tout le pays pour leur survie. Le secteur industriel n’est pas épargné ; la production a subi un nouveau creux et sa croissance est négative : -6,3% pour cette année fiscale. Pour l’ancien Secrétaire des finances, Rameshwar Prasad Khanal, la situation s’explique par l’instabilité politique, la pénurie d’énergie provoquée par celle-ci et les travaux de reconstruction à la suite du séisme. Les industriels craignent que la situation dans le Teraï ne dégénere. « A moins que la crise politique actuelle dans le Teraï ne se résolve, la confiance du secteur privé est peu susceptible d’augmenter », a déclaré Pashupati Murarka, président de la fédération des chambres népalaises de Commerce et d’industrie.

Des marchandises et des biens énergétiques comme le fuel restent bloqués à la frontière entre le Népal et l’Inde, qui entoure le pays sur trois de ses côtés. L’Inde de son côté, affirme que ceux qui bloquent l’approvisionnement sont les Madhesis, des groupes ethniques qui protestent contre la nouvelle Constitution népalaise.