Vietnam : Obama lève l'embargo sur les armes

Barack Obama et son homologue vietnamien Tran Dai Quang lors d'une cérémonie de bienvenue au Palais présidentiel de Hanoï. Copie d'écran du site "The South China Morning Post", le 23 mai 2016.
Barack Obama et son homologue vietnamien Tran Dai Quang lors d'une cérémonie de bienvenue au Palais présidentiel de Hanoï. Copie d'écran du site "The South China Morning Post", le 23 mai 2016.
South China Morning Post – C’est la fin des hostilités post-guerre froide entre le Vietnam et les Etats-Unis. En 2014, les sanctions avaient déjà été partiellement levées par Washington. Désormais, Hanoï aura totalement accès aux armes américaines après 50 ans d’embargo. Selon le « South China Morning Post », la levée du blocus pourrait être un « encouragement psychologique » pour aider les dirigeants vietnamiens à faire face à une Chine aggressive. Pour Obama, la décision n’est « pas liée à la Chine ». C’est un pas vers la « normalisation des relations entre le Vietnam et les Etats-Unis ». Un point central de la politique extérieure du président américain est bien de renforcer la coopération diplomatique et militaire entre Washington et les pays d’Asie-Pacifique.

Néanmoins, Pékin ne voit pas d’un bon oeil cette mesure historique. Selon l’agence officielle Chine Nouvelle, si les liens se renforcent entre le Vietnam et un autre pays, « le rapprochement ne doit pas être utilisé par les Etats-Unis pour menacer ou endommager les intérêts stratégiques d’un pays tiers ». Mais les Etats-Unis ne feront pas du Vietnam leur allié, affirme le Global Times, qui ne croit pas à une levée complète de l’embargo. Le conflit en mer de Chine du Sud rapproche les deux pays. Mais pour l’organe de presse officielle du gouvernement chinois, « leurs différends idéologiques les éloignent constamment. » Le Vietnam continuera a jouer sur deux tableaux, en « attachant autant d’importance à ses relations avec Washington qu’avec Pékin ».

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don