Pakistan : l'assassinat du leader Taliban, une "violation de souveraineté", dénonce Sharif

L'attaque menée par les Etats-Unis à la frontière pakistano-afghane qui a tué deux personnes dont le chef des talibans afghans, Akthtar Mansour a été qualifiée de "violation de la souveraineté du Pakistan" par Nawaz Sharif. Copie d'écran du site "Dawn", le 23 mai 2016.
L'attaque menée par les Etats-Unis à la frontière pakistano-afghane qui a tué deux personnes dont le chef des talibans afghans, Akthtar Mansour a été qualifiée de "violation de la souveraineté du Pakistan" par Nawaz Sharif. Copie d'écran du site "Dawn", le 23 mai 2016.
Dawn – Une attaque contestée. Nawaz Sharif, a critiqué la frappe de drone menée par les Etats-Unis hier dimanche 22 mai et qui a conduit à la mort du chef des Talibans afghans, Akthtar Mansour, selon les autorités américaines. Le Premier ministre pakistanais qui était rendu à Londres pour un check-up médical a déclaré aux journalistes présents, que l’attaque aérienne menée dans la zone de Dalbandin au Baloutchistan constituait une « violation de la souveraineté pakistanaise. Plus encore, selon Nawaz Sharif, il n’est pas évident que Mansour soit l’une des deux personnes tuées par ces tirs, précisant que tous les détails de l’attaque n’avaient pas encore été recueillis. Selon, un communiqué publié à Islamabad par le ministère des Affaires étrangères, les Etats-Unis ont partagé l’information selon laquelle une attaque de drones avait été menée au Pakistan près de la frontière afghane. Le Premier ministre et le chef de l’armée, le Général Raheel Sharif, en ont pris connaissance après le tir. Le communiqué rappelle que la question de la souveraineté du pays a été abordée de nombreuses fois dans le passé avec les Etats-Unis.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don