Japon : l'affaire de meurtre à Okinawa s'enflamme à l'approche de la visite d'Obama

Le gouverneur d'Okinawa, Takeshi Onaga, a demandé à rencontrer Barack Obama, en visite au Japon, après les aveux du meurtre d'une jeune japonaise par un Américain employé sur la base militaire américaine de la ville. Copie d'écran de "The Mainichi", le 23 mai 2016.
Le gouverneur d'Okinawa, Takeshi Onaga, a demandé à rencontrer Barack Obama, en visite au Japon, après les aveux du meurtre d'une jeune japonaise par un Américain employé sur la base militaire américaine de la ville. Copie d'écran de "The Mainichi", le 23 mai 2016.
Mainichi Shimbun – La visite de Barack Obama approche et l’affaire prend de l’ampleur. Le gouverneur d’Okinawa, Takeshi Onaga, a demandé au Premier ministre Shinzo Abe de lui organiser un rendez-vous avec le président américain. Cette demande intervient suite à l’aveu il y a quelques jours du meurtre d’une jeune Japonaise par un civile ancien marine employé sur la base américaine de la ville. Après une réunion pendant laquelle le Directeur de cabinet du Premier ministre, Yoshihide Suga, a annoncé qu’un tel rendez-vous serait « difficile » à organiser, Takeshi Onaga a appelé à une nouvelle version de l’accord du statut des forces. Cet accord signé entre le Japon et les Etats-Unis définit la gestion des militaires et personnels américains au Japon. « Nous ne pouvons tolérer un tel incident. C’est un crime simplement parce que les bases militaires américaines existent à Okinawa », s’est plaint le gouverneur. Il a déclaré vouloir parler directement au président Obama pour s’assurer de la sécurité des vies et propriétés des résidents de sa préfecture, ainsi que de celles des générations futures. Une marche « massive » pour protester contre ce crime se prépare, rapporte le Mainichi Shimbun dans un autre article. Une autre marche avait déjà eu lieu en 1995 après le viol d’une fillette par trois militaires américains. 85 000 personnes y avaient participé.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don