Chine : le lobbying d'un cadre local à Pékin décrypté

Gong Wenmi, le nouveau secrétaire du Parti communiste chinois à Shaoyang, a mené des actions de lobbying à Pékin pour ses projets de construction. Copie d'écran du "South China Morning Post", le 20 mai 2016.
Gong Wenmi, le nouveau secrétaire du Parti communiste chinois à Shaoyang, a mené des actions de lobbying à Pékin pour ses projets de construction. Copie d'écran du "South China Morning Post", le 20 mai 2016.
South China Morning Post – Gong Wenmi est le nouveau secrétaire du parti communiste chinois de Shaoyang. Cette la « petite » ville située dans la province du Hunan compte quelque 8 millions d’habitants, essentiellement ruraux. Gong un cadre de base comme des millions d’autres en Chine et à ce titre, une grande partie de son travail consiste à obtenir des subsides pour sa ville auprès du gouvernement central à Pékin. C’est ce travail de lobbying qui est aujourd’hui révélé par le South China Morning Post. Le quotidien hongkongais reprend ici les informations publiées dans le quotidien officiel local, le Shaoyang Daily – « retirées depuis et du site du journal et du site de la municipalité » – qui les tiraient lui-même du rapport officiel de la visite « tourbillon » de Gong Wenmi.

Alors que nous apprend cette visite officielle de quatre jours du camarade Gong à Pékin ? D’abord que les fonds s’obtiennent essentiellement grâce à des « relations » et non des présentations et que ces dernières sont d’autant plus efficaces si elles sont assurées par des cadres originaires de votre région. Et c’est ainsi que notre secrétaire de cette ville du Hunan a pu rencontrer le vice-ministre chinois des Finances, le vice-président dernièrement retraité (en décembre 2014) de la toute puissante NDRC (la National Development and Reform Commission en charge de la majorité des projets de développement du pays), le directeur adjoint de la Commission des Investissements en matière d’infrastructures (en effet, le secrétaire Gong aimerait que sa ville de 8 millions d’habitants soit dotée d’un aéroport), un assistant du ministre du Commerce (le secrétaire souhaite également que sa ville soit « pionnière au niveau national en matière d’e-commerce »), un adjoint du ministre de l’Industrie ou encore le directeur général adjoint de la compagnie ferrovaire étatique Railway Corp (au cas où une liaison aérienne ne serait pas possible, une liaison ferroviaire reliant Shaoyang à Pékin serait la bienvenue).

Pour Zhu Lijia, une professeure de politique publique à l’Académie chinoise de la gouvernance (le centre de formation des cadres), « les fonds devraient être accordés selon des projets et non à cause de l’existence de relations personnelles ou parce que des gens partagent le même lieu de naissance ». Pour autant, elle admet qu’il sera « difficile d’éliminer de telles pratiques » d’autant que « parfois, les officiels locaux obtiennent ce qu’ils veulent ».

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don