Vietnam : levée prochaine de l'embargo américain sur les armes ?

Barack Obama et Nguyen Phu Trong, secrétaire général du Parti communiste vietnamien, en juillet 2015, dans le Bureau ovale de la Maison Blanche. A la veille de la venue du président américain, le Vietnam espère une levée définitive de l'embargo. Copie d'écran du "Japan Times", le 12 mai 2016.
Barack Obama et Nguyen Phu Trong, secrétaire général du Parti communiste vietnamien, en juillet 2015, dans le Bureau ovale de la Maison Blanche. A la veille de la venue du président américain, le Vietnam espère une levée définitive de l'embargo. Copie d'écran du "Japan Times", le 12 mai 2016.
The Japan Times – La présence de poids lourds de l’armement américain (Boeing et Lockheed Martin) à Hanoï présagerait-elle une levée totale de l’embargo américain qui depuis quarante ans pèse sur le pays communiste ? Cette semaine se tient en effet au Vietnam un symposium de Défense et d’armement exceptionnel, dont la préparation a été tenue secrète et qui demeure entouré de mystère puisqu’aucun media n’a reçu d’autorisation pour couvrir l’événement. En 2014 déjà, les États-Unis, dans le cadre du pivot vers l’Asie du président Obama, avaient effectué une levée partielle de l’embargo, mais uniquement pour répondre aux « besoins spécifiques de la région en matière de sécurité maritime. » La levée totale de l’embargo, évoquée alors, avait été soumise à une condition expresse : l’amélioration nette et franche des droits de l’homme.

Aujourd’hui, à la veille de la venue de Barack Obama, le 22 mai, la première visite en une décennie d’un président américain en exercice, le Vietnam se prend à rêver d’une levée définitive de l’embargo. Il est vrai que, depuis la fin de la guerre en 1975, jamais le Vietnam, huitième importateur d’armes au monde, n’a autant investi dans l’armement. Parmi ses principaux fournisseurs, la Russie, son ancien allié de la Guerre froide, mais récemment aussi d’autres puissances régionales plus innattendues comme le Japon. Face à la montée en puissance de la Chine et son attitude de plus en plus provocatrice en mer de Chine méridionale, le Pentagone semble hésiter, freiné dans sa volonté de s’affirmer en Asie-Pacifique par les défenseurs de droits de l’homme qui soulignent un bilan insuffisant. A leurs yeux, la levée de l’embargo serait synonyme de donner l’imprimatur américain à un pays qui continue à « harasser, arrêter et emprisonner » son peuple.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don