Philippines : Duterte ira voir le pape pour s'excuser, Robredo vice-présidente "présomptive"

Le sénateur Alan Peter Cayetano demande aux autres candidats de respecter la décision du peuple et de s'unir derrière Rodrigo Duterte et Leni Robredo. Copie d'écran du "Phil Star", le 12 mai 2016.
Le sénateur Alan Peter Cayetano demande aux autres candidats de respecter la décision du peuple et de s'unir derrière Rodrigo Duterte et Leni Robredo. Copie d'écran du "Phil Star", le 12 mai 2016.
The Philippine Star et Channel News Asia – Pour Rodrigo Duterte, le futur président des Philippines, élu triomphalement avec 38,6% des voix devant ses principaux rivaux Mar Roxas, le candidat adoubé par le président sortant (23,12%) et la sénatrice Grace Poe (21,76%), a sonné l’heure du repentir. Langage cru, vulgarité et saillies provocantes sont devenues au cours de la campagne de ce populiste une sorte de marque de fabrique qui lui a valu dans la presse le surnom « Trump philippin ».

Mais en novembre dernier, Duterte avait dépassé les limites dans ce pays où 80% de la population est catholique, en traitant le pape de « fils de pute », le sommant même de rentrer chez lui, lui reprochant d’avoir causé un gigantesque embouteillage dans les rues de Manille. « Qu’il remporte ou non l’élection, explique aujourd’hui son porte-parole, il avait déclaré son intention de se rendre au Vatican afin de présenter ses excuses en personne au pape et demander son pardon. »

Aujourd’hui aux Philippines, après les invectives et une campagne électorale haute en couleurs, l’heure semble être aussi venue de l’apaisement du côté du sénateur Alan Peter Cayetano. Ce jeudi 12 mai, concédant la défaite dans la course à la vice-présidence, il a ainsi reconnu que sa rivale, l’activiste et juriste Maria Léonor « Leni » Robredo, était de facto la vice-président présomptive. « Perdre une élection est douloureux, a-t-il déclaré beau joueur, mais rien n’est plus douloureux que de voir son pays déchiré. »