Birmanie : le "ministère du conseil d'Etat" confirmé pour Aung San Suu Kyi

Une nouvelle structure a été créée, censée renforcer le pouvoir d'Aung San Suu Kyi, qui cumule déjà trois portefeuilles ministériels. Copie d'écran du “Myanmar Times”, le 11 mai 2016.
Une nouvelle structure a été créée, censée renforcer le pouvoir d'Aung San Suu Kyi, qui cumule déjà trois portefeuilles ministériels. Copie d'écran du “Myanmar Times”, le 11 mai 2016.
Myanmar Times – Finalement, c’est sans problème aucun que le Parlement birman a adopté, ce mardi 10 mai, le projet de création du ministère du Bureau du Conseil d’État au sein du gouvernement du président U Htin Kyaw. Cette nouvelle structure est censée renforcer le pouvoir d’Aung San Suu Kyi qui cumule déjà trois portefeuilles ministériels : aux Affaires étrangères, au Bureau présidentiel et en tant que Conseillère d’État. Les observateurs ont été un peu surpris que ce Bureau du Conseil d’État, dont le rôle semble très flou, ait pu être approuvé sans la moindre opposition, ni même question. Il avait été en effet annoncé que les parlementaires qui souhaitaient en débattre devaient s’inscrire sur une liste avant le 9 mai. Personne ne s’étant manifesté, le projet est tout simplement passé.

Cette absence de réactions et d’éventuelles critiques s’expliquerait par un désenchantement des politiciens qui auraient baissé les bras : « face à une majorité tenue par les membres de la LND, (le parti d’Aung San Suu Kyi, NDLR), à quoi bon se lancer dans de vaines discussions, nous n’aurions eu aucune chance » ont en substance réagi certains sur le ton du défaitisme. Le général Maung Maung s’exprimant au nom des militaires, qui représentent 25% des parlementaires, avait le mois dernier accusé la LND d’Aung San Suu Kyi de « harcèlement démocratique », lors des sessions parlementaires particulièrement houleuses qui avaient précédé la création de ce poste de conseillère d’État taillé sur mesure pour elle.