Birmanie : le parlement commence à abroger les lois liberticides

En Birmanie, une démarche parlementaire vient d'être lancée pour abroger une loi répressive contre les dissdents politiques, connue sous le nom "State Protection Act". Copie d'écran du "Myanmar Times", le 10 mai 2016.
En Birmanie, une démarche parlementaire vient d'être lancée pour abroger une loi répressive contre les dissdents politiques, connue sous le nom "State Protection Act". Copie d'écran du "Myanmar Times", le 10 mai 2016.
Myanmar Times – C’est peut être le début d’une victoire pour Aung San Suu Kyi. Une démarche parlementaire vient en effet d’être lancée pour révoquer une loi répressive connue sous le nom de « State Protection Act ». C’est en vertu de cette loi que la « dame de Rangoun », ainsi que nombre d’activistes furent détenus. Datant de 1975, elle a été adoptée sous la dictature militaire. Pour les parlementaires d’aujourd’hui, celle-ci aurait été explicitement rédigée pour détenir les politiciens d’opposition et protèger le régime. Elle autorisait en effet le gouvernement à déclarer l’Etat d’urgence et les suspects pouvaient être emprisonnés pour plus de 5 ans sans preuve à charge.

Ce n’est pas la seule loi dans le viseur de la nouvelle assemblée, puisqu’à la fin de la semaine les parlementaires devraient débattre de l’abrogation de la « Peaceful Protest and Assembly law », une loi responsable des peines disproportionnées contre le simple fait de manifester dans la rue.