Chine : "affronter le passé obscur de la Révolution culturelle"

50 ans après la Révolution culturelle, l'auteur Yan Lianke affirme que la Chine doit affronter son passé obscur pour éviter de répéter les mêmes erreurs. Copie d'écran du “South China Morning Post”, le 9 mai 2016.
50 ans après la Révolution culturelle, l'auteur Yan Lianke affirme que la Chine doit affronter son passé obscur pour éviter de répéter les mêmes erreurs. Copie d'écran du “South China Morning Post”, le 9 mai 2016.
South China Morning Post – Les blessures sont loin d’être refermées. « La Chine doit affronter son passé obscur pour éviter de répéter les mêmes erreurs », a déclaré l’écrivain Yan Lianke cité par le quotidien hongkongais South China Morning Post. « Il n’y a jamais assez de discussion sur la Révolution culturelle », précise Yan, qui est en ce moment professeur invité pour 6 mois à l’Université des Sciences et Technologie de Hong Kong. Cette année marque le 50ème anniversaire de la Révolution culturelle en Chine, lancée officiellement par Mao Zedong via la circulaire du 16 mai 1966. Et le débat est toujours tabou à Pékin. Le Parti communiste craint toujours que la transparence sur cette période meurtrière de l’histoire chinoise ne vienne saper la mémoire de Mao et par ricochet la « légitimité » du PCC au pouvoir. D’autant que l’actuel président Xi Jinping est loin de la transparence souhaitée par beaucoup.

Décrit comme « l’un des auteurs les plus courageux de Chine » par le jury du prix international Man Booker, dont il est l’un des 6 finalistes cette année, Yan Lianke n’en est pas à ses débuts. Il est notamment l’auteur de The Four Books un des rares romans sur la grande famine des années 1950 et 1960 et sur la Révolution culturelle. Yan estime que plus la Chine portera un regard critique sur son passé, plus elle progressera. « Il y aura un retour en arrière si la Chine continue d’éviter le sujet », affirme l’auteur.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don